Top 5 des gardiens de but des années 1970

Classer les meilleurs à plein temps, quel que soit le sport, est une tâche presque impossible. Presque chaque époque est radicalement différente de la suivante et le hockey n'est pas différent. Dans cet esprit, nous avons décidé de briser notre regard sur les plus grands gardiens de but qui ont joué le jeu depuis des décennies, et de voir comment chacun s'est opposé à ses contemporains. Voici les hommes considérés comme les "meilleurs des meilleurs" dans les années 1970.

# 5 – Gerry Cheevers

De tous les gardiens de but qui ont joué pendant les années 1970, aucun n'a eu son nombre total plus influencé par la WHA que Gerry Cheevers. Après avoir empêché les Bruins de revenir à une paire de coupes Stanley sur une période de trois ans (1969-70 et 1971-72), le favori des fans a décidé de s'ébattre avec les Cleveland Crusaders, signant un pacte de sept ans pour 1,4 million de dollars. Bien qu'il ne voulait jouer que trois ans et demi de ces années dans la WHA avant de retourner à Boston, cela lui a coûté environ un tiers de la décennie en comptant les statistiques.

Gerry Cheevers, Boston Bruins, vers 1974 (photo de B Bennett / Getty Images)

Cheevers a terminé à la 23e place dans les matchs joués parmi les gardiens de but pendant les années soixante-dix, mais a tout de même terminé septième sur la liste des gagnants avec 149. Bien qu'il n'ait jamais été nommé équipe All-Star à la fin de l'année ou un sérieux Concurrent de Vezina, l'homme qui était affectueusement surnommé "Cheesey" a été considéré comme l'un des meilleurs à son poste pendant une grande partie de sa carrière. Hormis sa séquence de 32 matchs sans défaite en 1972, un record qui tient toujours à ce jour, il n'y a rien sur son CV qui se démarque.

Pourtant, sa capacité à faire à plusieurs reprises des économies importantes lorsque les Browns en avaient le plus besoin a conduit beaucoup à suggérer qu'il était l'un des meilleurs gardiens de but du "gros match" à avoir jamais joué … une marque qui est restée avec Cheevers à ce jour. Ajoutez à l'équation le masque de tueur, son style de jeu unique et sa capacité de combat sur la glace, et il devient presque impossible de le laisser hors de la liste, et son introduction au Temple de la renommée du hockey en 1985 ne fait que renforcer cet état d'esprit.

# 4 – Tony Esposito

Indépendamment de l'âge, ce sont toujours les gardiens de but qui sont considérés comme des chevaux de trait. Quant aux années 1970, la liste contenait un nom. De 1970-71 à 1979-80, les Blackhawks de Chicago ont fait participer Tony Esposito à 635 de leurs 800 matchs réguliers, jouant près de 37 637 minutes. Pour mettre les choses en perspective, il était le seul gardien de but à se rapprocher d'une telle charge de travail depuis Martin Brodeur dans les années 2000, mais même il a échoué sur les deux fronts. Bien que les Hawks aient été bons pendant la première moitié de la décennie, on ne pouvait pas en dire autant des cinq dernières années.

Tony Esposito, Chicago Black Hawks, années 1970 (Photo de Steve Babineau / NHLI via Getty Images)

Esposito serait le seul gardien de but à assombrir le plateau des 300 victoires au cours des années soixante-dix, dépassant la barre des 30 vainqueurs à sept reprises et menant également la ligue avec 56 blanchissages. Son GAA de 2,70 était assez bon pour le quatrième meilleur parmi les rappels nets qui sont apparus dans au moins 115 matchs, il a fait le tour de l'année pour l'équipe All-Star quatre fois et a remporté deux trophées Vezina pour de bons buts (1971-72 et 1973-74) . Le plus révélateur de tout était peut-être le fait que ses deux hochements de tête dans la première équipe se sont séparés à huit ans seulement (1971-72 et 1979-80).

Bien qu'Esposito n'ait jamais été considéré comme le gardien de but le plus important du jeu, Esposito était toujours dans la conversation. Là où les autochtones de l'Ontario ont fréquenté le reste de leurs pairs, c'était en ce qui concerne le succès de l'équipe. En dehors de Tretiak, qui n'a jamais disputé de match dans la LNH, tous les autres noms de cette liste ont remporté au moins une coupe Stanley au cours de la décennie, mais le n ° 35 des Blackhawks a été entièrement conservé par le conseil. Malgré son manque de succès dans l'équipe, peu étaient plus divertissants à regarder la position, et il était l'un des véritables pionniers du papillon.

# 3 – Vladislav Tretiak

Pour quelqu'un qui n'a jamais joué un seul match dans la ligue qui était considéré comme le meilleur du genre au monde, il semble presque impossible pour un joueur d'être même considéré comme une fantastique liste de tous les temps. Comme la plupart des choses dans la vie, cependant, il y a toujours des exceptions à chaque règle, et quand il s'agit de Vladislav Tretiak, tous les jeux sont désactivés. Les vues ont peut-être été limitées pour ceux d'entre nous en Amérique du Nord, mais il ne fait aucun doute que si la légende russe avait eu l'opportunité de jouer dans la LNH, il serait probablement l'un des meilleurs à jouer le jeu. .

Vladislav Tretiak (Archives THW)

Dans l'esprit de beaucoup, Tretiak est déjà sur la liste et il est très difficile de prétendre qu'il sera inclus. Bien que ses chiffres avec le CSKA Moscou (alias l'Armée rouge) et l'équipe nationale parlent d'eux-mêmes, c'était le niveau qu'il semblait atteindre régulièrement contre l'opposition de la LNH qui était encore plus impressionnant. A-t-il bénéficié d'avoir tout un groupe devant lui? Bien sûr, mais ce n'était pas différent de Dryden et des grandes équipes montréalaises du milieu à la fin des années soixante-dix. Cependant, ce qui était si spécial dans le n ° 20, c'était son style.

Jacques Plante pose pour une photo avec Vladislav Tretiak de l'Union soviétique avant le début de la série des sommets de 1972 à Montréal, Québec, Canada. (Photo par Denis Brodeur / NHLI via Getty Images)

Tretiak a utilisé un stand up hybride – un style papillon que nous n'avions jamais vu auparavant, et la vitesse avec laquelle il bougeait ses pieds était sans précédent. À maintes reprises, il frustrait les joueurs de la LNH les uns après les autres et le faisait avec une telle facilité que cela devait sembler une cause perdue pour les garçons qui voyaient habituellement les bosses frapper régulièrement le fond du filet contre presque tous les autres gardiens de but. Sans grande surprise, c'est un style que nous avons commencé à voir de nombreux jeunes joueurs de la LNH, et une grande partie peut être attribuée à la triple médaille d'or olympique.

# 2 – Bernie Parent

Si rien d'autre, les années 1970 ont été une période intéressante pour un parent Bernie. Deux séjours séparés avec les Flyers de Philadelphie, une saison avec les Maple Leafs de Toronto, un court séjour dans la WHA avec les Blazers de Philadelphie, des performances consécutives avec Conn Smythe et une blessure au cou qui lui a enlevé l'occasion d'être constamment le gardien de but dominant qu'il était autrefois. notre. Cependant, ce qu'il a pu réaliser était encore assez bon pour mettre d'autres sur la liste des meilleurs athlètes de la décennie.

Après avoir été bombardé de nuit lors de ses 63 apparitions avec les Blazers, les parents qui ont réussi à faire un retour dans la LNH n'ont sans doute jamais été doublés. Sa deuxième mission avec les Flyers a vu les natifs du Québec concocter des saisons consécutives au cours desquelles il a disputé 141 matchs, affichant une fiche de 91-27-22 avec 1,96 GAA et 24 blanchissages. Aussi absurdes que ces chiffres puissent paraître, il était sans aucun doute encore meilleur au plus, 22-10 avec 1,96 GAA et six blanchissages, quand il a aidé Philadelphie aux championnats de la Coupe Stanley en 1974 et 1975.

Bernie Parent des Flyers de Philadelphie avec la Coupe Stanley 1975, le trophée Vezina et le trophée Conn Smythe. (Photo de Bruce Bennett Studios via Getty Images Studios / Getty Images)

Malheureusement pour les Flyers et Parent, il ne se déroulera pas sur trois terrains puisque leur gardien vedette était limité à seulement onze matchs en 1975-76. Bien qu'il ait continué à jouer trois saisons supplémentaires, une au cours de laquelle il a partiellement reculé, il n'a jamais été le même, mais son travail parle de lui-même. Parent a terminé la décennie en deuxième place en GAA (2,34), troisième en blanchissages (45), quatrième en victoire (210) et n'a disputé que 393 matchs… quatre de moins que Ken Dryden.

# 1 – Ken Dryden

Sa carrière n'a peut-être pas été longue, mais on aurait du mal à trouver une personne qui a fait plus en si peu de temps que Ken Dryden. Au cours de ses sept saisons et plus dans la ligue, Cornell a aidé Grad à mener les Canadiens de Montréal à six championnats de la Coupe Stanley et a remporté cinq trophées Vézina au cours de cette période. Il a également reçu le trophée Calder en tant que meilleure recrue de la LNH après son impressionnante campagne 1971-1972 et est venu dans la foulée de sa performance remportant le trophée Conn Smythe en tant que joueur par excellence des séries éliminatoires lors de la course surprise des Canadiens pour la couronne en 1971.
Ken Dryden, Canadiens de Montréal, vers 1975 (Photo de Denis Brodeur / NHLI via Getty Images)

Pour ceux d'entre vous qui ne connaissent pas son histoire, les Canadiens de Dryden sont allés à l'événement principal du hockey avec un total de 6 matchs en carrière sous son titre en après-saison et ont suivi avec un spectacle ridicule pendant sa saison recrue «officielle». Après avoir pris d'assaut le monde du hockey au cours des deux premières années et plus de sa carrière, Hamilton a continué de mettre fin à la campagne 1973-74 en raison d'un différend contractuel et a passé son année loin du jeu pour obtenir son diplôme en droit de l'Université McGill.

Ce n'était pas exactement la façon traditionnelle de faire les choses, mais il n'y avait rien de traditionnel dans ce que Dryden a pu accomplir pendant son bref passage dans la LNH. Son GAA de 2,24 était le meilleur de tous les gardiens de but au cours de la décennie, et malgré avoir joué seulement 397 matchs, ses 258 victoires et 46 blanchissages n'ont suivi que Tony Esposito (304 et 56), mais ce dernier a réuni les chiffres en 635 apparitions . À 6 & # 39; 4 ", il était littéralement un géant par rapport à ses autres souvenirs en ligne de cette époque, mais c'était la capacité d'arrêter les rondelles qui le rendait à la fois différent et si spécial.

Consultez la Page des gardiens THW pour tout ce qui se trouve entre les tubes. Catalogue

Le poste Top 5 Goalkeepers dans les années 1970 est apparu pour la première fois sur The Hockey Writers.

A la Une

Blake Griffin est si mauvais au basketball maintenant que l'annonceur du Heat Eric Reid l'a rôti pendant 48 minutes

Lorsque Blake Griffin est entré dans la ligue avec les LA Clippers, il était l'une des superstars les plus électriques de l'histoire...

Bill Belichick vient peut-être de voir sa plus grosse erreur révélée

Bill Belichick et Tom Brady ont aidé les Patriots de la Nouvelle-Angleterre à devenir l'une des dynasties les plus dominantes de tous...

Ils l'ont porté une fois: les joueurs des Bruins et leurs numéros uniques

La cérémonie de retrait du numéro de chandail la plus mémorable de l'histoire de Boston Brown a eu lieu le 3 décembre...

Les Falcons appellent le directeur général des Saints Terry Fontenot

ATLANTA - Les Falcons d'Atlanta ont nommé Terry Fontenot, qui a passé 16 saisons avec son rival de division La Nouvelle-Orléans, le...

A lire aussi

Flyers Shuffle Broadcast Team: Hartnell In … Therien, Cohen & Clement Out

L'intersaison des Flyers de Philadelphie a été en grande partie étouffée car le front office n'a fait qu'une poignée de mouvements notables....

Detroit Red Wings: la dynastie presque éliminatoire

Les Red Wings dans les années 1930 n'étaient que la troisième équipe à remporter la coupe Stanley d'affilée. La satisfaction...

Le bon appel: la Biélorussie perd des Mondiaux

C'est officiel: l'IIHF accueillera la Coupe du monde 2021 en raison de problèmes de sécurité dans la nation européenne. ...

Agent de la LNH Anton Thun: Ne traitez pas les joueurs vedettes différemment

Le co-PDG de MFIVE Sports & Quartexx Management répond à l'appel de son collègue Jeff Jackson à la LNH de protéger les...

Quelle est la prochaine étape pour Keith Yandle? C'est compliqué

Il semble que l'ironman de tous les temps parmi les défenseurs de la LNH verra sa rayure cassée dans un...

Yandle marque son 100e but dans la LNH, les Panthers battent les Blackhawks

SUNRISE, Floride. - Keith Yandle a marqué son 100e but en carrière, Chris Driedger a effectué 23 arrêts et les Panthers de...

Les Oilers réclament le gardien Troy Grosenick pour sa relégation des Kings

Les Oilers d'Edmonton ont réclamé le gardien Troy Grosenick pour relégation des Kings de Los Angeles. Edmonton réclame le gardien de...

Ce que nous avons appris des deux premiers matchs des Capitals

Nous sommes deux matchs dans cette saison condensée, et il y a déjà des intrigues en cours avec les Capitals de Washington....

Le sénateur Eugene Melnyk change de cap, dit qu'il n'est pas temps d'accueillir des fans

OTTAWA - Quelques heures après avoir révélé les détails d'un plan pour permettre à 6 000 fans d'assister aux matchs à domicile...

Landeskog marque le 200e but alors que l'Avalanche déroute les Blues

DENVER - Gabriel Landeskog a marqué deux buts pour atteindre 200 pour sa carrière, aidant l'Avalanche du Colorado à se remettre d'une...

Related articles

Leave a reply

Please enter your comment!
Please enter your name here