Sénateurs: les perspectives de Colin White dans la LNH

Le temps passé par Colin White avec les Sénateurs d'Ottawa a été pour le moins intéressant. Regardons les années blanches.

Les débuts

White a été sélectionné 21e au classement général du repêchage de la LNH 2015. Il n'est pas étonnant qu'il ait été sélectionné dans ce domaine, mais malheureusement Travis Konecny, 67 étoiles d'Ottawa, était toujours disponible, laissant de nombreux fans déçus par le choix. White a connu deux saisons solides, parfois fantastiques, au Boston College, où il a marqué 35 buts et 76 points en 72 matchs. Il a ajouté 10 buts et 15 points en 14 championnats du monde pour les championnats juniors.

White a produit de grands nombres au cours de ses deux saisons au Boston College. (Photo: Boston College Athletics)

Lorsqu'il a signé avec les Sénateurs à la fin de la saison 2017, beaucoup voulaient qu'il soit inclus dans les séries éliminatoires. Cette demande a été acceptée lors du sixième match de la finale de la Conférence Est. Dans la grande victoire, White a joué un total de 2 minutes et 39 secondes. D'accord, l'entraîneur-chef Guy Boucher ne lui faisait pas confiance (il s'est même tourné vers Chris Kelly au lieu du match 7), mais le battage médiatique blanc a quand même augmenté.

Rapports des scouts

Il est important de noter ce qui était attendu de White. Il n'était pas considéré comme la prochaine grande star offensive. Il était un centre bidirectionnel qui travaillait dur et qui était censé être ennuyeux de jouer contre, tout en ayant suffisamment de talent offensif pour contribuer offensivement également. En repensant au projet de profil, de nombreux éclaireurs ont fait des commentaires positifs sur son éthique de travail, son jeu défensif, son esprit combatif, ainsi que leur discipline et leur responsabilité.

Avec USNTDP, White a montré un haut niveau de compétition et un bon jeu à double sens. [Photo: Tom Sorensen]

Bien que les fans des Sénateurs soient susceptibles de gagner sur le rapport de reconnaissance qui est très similaire à Curtis Lazars, l'espoir pour White était d'être Patrice Bergeron d'un pauvre, ou peut-être Brandon Sutter d'un riche. Malgré le battage médiatique, il n'était en aucun cas considéré comme le prochain Jason Spezza.

La première saison professionnelle

En route vers la saison 2017-18, il y avait de l'espoir que les Blancs pourraient faire de la LNH hors du camp. Malheureusement, une blessure s'est mise en travers:

À son retour, il est allé dans la AHL et dans une mauvaise équipe de Belleville. White a également commencé par derrière en raison d'une blessure au poignet. Ce sont des excuses légitimes pour quelques saisons, mais il y a toujours lieu de s'inquiéter. Voici la saison des Blancs par rapport à la sélection du second tour en 2015, Filip Chlapik:

SpillerAHL-spillAHL-poengNHL-spillNHL-poengBlanc4727216Chlapik5232204

Ce n'est pas comme si Chlapik était un homme sans nom, mais les attentes de White étaient certainement beaucoup plus élevées.

Saison des petits groupes

Il y a eu un débat au début de 2018-19 pour savoir si White avait gagné sa place ou si elle avait été remise, mais il a fait exactement ce qu'il devait faire pour faire ses preuves: il a marqué un but et ajouté un aider dans le premier match de la saison. Lors de ses 25 premiers matchs, il a marqué 16 points, démontrant qu'il appartenait à la LNH. Le souci, cependant, était que la plupart étaient considérés sur White comme le troisième meilleur joueur de leur ligne avec Mark Stone et Brady Tkachuk.

White était à son meilleur quand il a joué avec Mark Stone. (Photo AP / Marcio Jose Sanchez)

Le dernier match de Steen avec Sens a eu lieu le 18 février. À ce moment-là, White avait marqué 13 buts et 32 ​​points en 53 matchs (0,25 buts par match, 0,6 points par match). Après le départ de Stone, malgré une augmentation de l'ère glaciaire de 15:47 par match à 17:26, les Blancs n'ont marqué qu'un but et 9 points en 18 matchs (0,06 buts par match, 0,5 point par match ). En comparaison, Tkachuk est passé de 0,63 points par match avec Stone à 0,65 sans. Pourtant, une saison recrue qui a produit 41 points en 71 matchs était un pas dans la bonne direction.

Contrats

L'été dernier, les sénateurs ont débloqué les Blancs à long terme:

Ce fut un certain soulagement que les sénateurs aient signé un contrat à long terme avec un joueur après que l'équipe ait échangé tant de joueurs. Cela dit, il y avait des risques évidents à cet accord. White avait une bonne saison à son actif quand il était supporter sur la ligne.

La récession de Sophomore

En octobre, White avait droit à près de 18 minutes de glace par match. Au cours des trois prochains mois, la période glaciaire est tombée à un peu moins de 16 minutes par match, puis à moins de 14 minutes en février, avant de sauter à nouveau pour les cinq matchs de mars à plus de 17 minutes par match (après l'échange de JG Pageau). . La baisse était justifiable. White n'a produit que 7 buts et 23 points en 61 matchs la saison dernière. Sa blessure au début de la saison a joué un rôle, mais à ce stade, son historique de blessures mérite d'être surveillé.

Alors que Tkachuk a connu une solide deuxième saison, White a eu du mal. (LA PRESSE CANADIENNE / Darryl Dyck)

Les blancs n'étaient pas non plus les fans bidirectionnels forts sur le plan défensif. Il n'a pas tué de pénalités, a remporté moins de 48% des mises au jeu et s'est classé huitième de l'équipe à emporter. Il a également obtenu des départs en zone offensive près de 57% du temps, et son Corsi For Percentage (CF%, qui prend des tirs + blocs + pertes pour et contre avec une force régulière) était inférieur à 50%, ce qui signifie que l'opposition contrôlait la rondelle plus que Sens lorsque White était sur la glace. Pour être juste, la plupart des sénateurs avaient un mauvais CF% parce que l'équipe n'était tout simplement pas très bonne.

L'avenir

Une question que j'ai à propos de White: quelle est sa qualité déterminante? Il est d'accord avec la plupart des choses, mais n'est bon à rien. Il ne sera jamais Patrice Bergeron, mais pour qu'il se rapproche encore de ce niveau, il doit devenir beaucoup plus fort. Sa volonté d'aller dans les zones sales est là, mais sa capacité à rester debout et à gagner ces batailles fait défaut.

Connexes: Une brève histoire des uniformes de la LNH

En ajoutant de la force à son jeu, son niveau de compétition se démarquera davantage. Il doit rester en bonne santé, mais peut-être qu'un blanc plus fort mènera à un blanc plus confiant, ce qui mènera à plus de ceci:

L'essentiel

J'ai été dur avec lui, mais en tant que deuxième jeune homme le mieux payé des sénateurs et qu'il a signé un accord à long terme où il devrait faire partie du noyau dur qui va de l'avant, je pense que la critique est justifiée. Une mauvaise saison ne le définira pas, mais avec Joshua Norris, Shane Pinto et potentiellement une grande perspective centrale sélectionnée parmi les cinq premiers du repêchage de cette année, la compétition pour Ice Age White & # 39; s Way. Espérons qu'un blanc sain et plus fort apparaîtra la saison prochaine et prouvera qu'il en vaut la peine.

Post Senators: Colin White's NHL Outlook est apparu pour la première fois dans The Hockey Writers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *