Les Canadiens de Montréal parmi les 20 meilleurs buteurs de tous les temps

Il ne fait aucun doute que les Canadiens de Montréal sont la série la plus emblématique du monde du hockey. Après avoir remporté 24 coupes Stanley en 111 ans, la franchise a contribué à atteindre son statut. Ces coupes sont le fruit des efforts des joueurs vedettes, dont 51 du Temple de la renommée du hockey (HHOF) qui ont utilisé "le Tricolore".

Cette liste est le meilleur buteur de l'histoire du Canada. Une liste de 111 ans, couvrant toute l'histoire de la LNH et de l'Association nationale de hockey (NHA), qui a joué un rôle déterminant dans la construction du pedigree historique du championnat de cette franchise.

1. Maurice Richard – 544 buts

Maurice "Rocket" Richard est peut-être le joueur le plus populaire et le plus inspirant à avoir jamais utilisé Bleu Blanc et Rouge. Sa carrière a duré 18 saisons, toutes avec les Canadiens, et a commencé en 1942, marquant 544 buts en 978 matchs. Aucun autre joueur n'a marqué plus de buts dans l'uniforme des Canadiens. Richard est également le premier joueur de l'histoire de la LNH à marquer 50 buts en 50 matchs, établissant une norme pour les points exceptionnels que peu ont réussi à égaler. Il a également été le premier joueur de la LNH à marquer 500 buts en carrière. Son style de jeu fougueux a fait de lui une icône des Canadiens.

Maurice Richard – Richard pose avec la rondelle qu'il a utilisée pour marquer son 500e but en carrière (Archives THW)

Il a également été un leader offensif en séries éliminatoires, marquant 82 buts en 133 matchs. Un but était le but de la victoire de la Coupe 1956 lors du cinquième match contre les Red Wings de Detroit, et a remporté la première de cinq Coupes Stanley consécutives. Il a donné de nombreuses années d'excellence, dont huit coupes Stanley. Son arrivée aux Canadiens a ravivé l'histoire d'amour entre l'équipe et les partisans de Montréal. Richard et son style de jeu intense inspirent encore aujourd'hui les amateurs de hockey.

Connexes: Maurie Richard – L'héritage du Rocket vit dans la LNH

S'il y a encore un doute quant à la raison pour laquelle il mène cette liste exaltée, il suffit de regarder les prix de la LNH remis aujourd'hui. Le trophée du meilleur buteur de la ligue porte le nom de Richard, l'un des plus grands buteurs de tous les temps de la LNH – non seulement pour le Tricolore, mais pour toute la LNH.

2. Guy Lafleur – 518 buts

Guy Lafleur a été repêché pour la première fois en 1971, marquant l'une des rares fois où les partisans des Canadiens étaient satisfaits d'une saison, puisqu'ils venaient également de remporter la coupe cette année-là. Il a fait l'équipe tout droit sorti des juniors, et malgré ses bons chiffres offensifs, il s'est battu pendant les trois premières saisons pour être à la hauteur du hype accro à être qualifié de phénomène. Cependant, à sa quatrième saison, il a explosé offensivement, préparant sa première de six saisons consécutives de 50 buts ou plus, prouvant pourquoi il était considéré comme le plus grand tireur d'élite du Québec depuis Richard.

Connexes: Guy Lafleur – Le dernier des grands patineurs canadiens

Lafleur a joué 14 saisons avec les Canadiens, marquant 518 buts en 961 matchs, remportant le trophée Hart deux fois, le prix Lester B Pearson (renommé plus tard le prix Ted Lindsay) trois fois et Art Ross deux fois. En séries éliminatoires, il a continué de briller, marquant 57 buts en 124 matchs, y compris le but de la victoire de la Coupe dans le quatrième match de la finale de 1976 où le Tricolore a balayé les Flyers de Philadelphie «Broad Street Bullies». C'était une finale qui montrait le combat de la nouvelle école contre la marque canadienne de hockey phare.

Guy Lafleur (Archives THW)

Lafleur a pris sa retraite comme l'un des plus grands joueurs à porter du Bleu, Blanc et Rouge et est immortalisé par une statue à l'extérieur du Centre Bell et avec le numéro 10 accroché dans les bars.

3. Jean Beliveau – 507 buts

Aucune liste des plus grands joueurs de hockey ne peut être complète sans ajouter le nom de Jean Béliveau. "Le Gros Bill" est entré chez les Canadiens à temps plein en 1953, quelques années après que l'équipe a acheté toute la Ligue senior du Québec pour acheter leurs droits professionnels. Il ne lui a pas fallu longtemps pour prouver qu'ils avaient raison. Le vainqueur du trophée Hart en 1956 et 1964 et du trophée Art Ross en 1956 a joué toute sa carrière de 20 ans à Montréal. Il a laissé un héritage en tant que merveilleux professionnel que les joueurs veulent atteindre à ce jour. Au cours de ses 20 saisons, il a marqué 507 buts en 1125 matchs, mais c'est dans les séries éliminatoires qu'il a marqué le plus.

Jean Béliveau – (archive THW)

Béliveau a marqué 79 buts en 162 matchs éliminatoires, l'aidant à remporter 10 Coupes Stanley en tant que joueur (il en a remporté sept de plus en menant un total de 17 anneaux de la Coupe Stanley), mais deux buts se démarqueront plus que les autres.

Connexes: Jean Béliveau – Miracle de la modestie

Il a marqué le but de la victoire lors de la finale de la Coupe 1960, a balayé son rival des Maple Leafs de Toronto et a décerné le prix aux Canadiens comme étant la seule équipe de l'histoire à remporter la coupe cinq années de suite. Il a de nouveau joué le héros en 1965 lorsqu'il a marqué le but de la victoire de la Coupe lors du match 7 contre les Blackhawks de Chicago.

4. Yvan Cournoyer – 428 buts

Yvan Cournoyer, connu sous le nom de «RoadRunner», s'est joint aux Canadiens en 1963 et a commencé sa carrière dans la LNH en tant que spécialiste du jeu de puissance (PP), lorsque l'entraîneur Toe Blake ne faisait pas confiance au jeu défensif de sa recrue subalterne. Après quelques saisons, Cournoyer a gagné le respect de son entraîneur et a commencé à faire en sorte que plus de temps de glace éblouisse les fans par sa vitesse et sa netteté offensive. Il a disputé 16 saisons, toutes avec Montréal, marquant 428 buts en 968 matchs. Il s'est fait connaître pour sa capacité à marquer également des buts en séries éliminatoires, marquant 64 buts en 147 matchs. L'un de ces buts était le but décisif de la Coupe 1973, inscrit lors du sixième match contre Chicago. Pendant les séries éliminatoires en 1973, il a marqué 15 buts en 17 matchs et a remporté le trophée Conn Smythe en tant que joueur par excellence des séries éliminatoires.

Yvan Cournoyer (Archives THW)

Sa carrière a été remplie de récompenses d'équipe – à savoir 10 coupes Stanley – mais son leadership et ses points ont été intégrés dans la plupart de ces victoires. Par conséquent, il a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1982, et le 11 novembre 2005, Cournoyer a retiré le numéro 12 lors d'une double cérémonie lorsque le numéro 12 a pris sa retraite ce soir-là pour lui et Dickie Moore.

5. Steve Shutt – 408 buts

Steve Shutt s'est joint aux Canadiens en 1972. Au cours de ses 13 saisons avec l'équipe, il a marqué 408 buts en 871 matchs. Il a mené l'équipe en marquant une saison en 1976 quand il a marqué une campagne de 60 buts, faisant de lui le gaucher le plus marqué en une seule saison dans l'histoire de l'équipe. Il a joué sur une ligne avec Guy Lafleur pendant les années 1970, formant un solide couple qui a semé la peur dans le cœur des gardiens de but de la LNH. Malgré cela, Shutt a acquis la réputation de ne marquer que des restes ou des cibles de déchets; cependant, Serge Savard n'est pas d'accord avec cette appréciation;

Ils parlent beaucoup de «cibles à ordures», mais cela ne s'est pas produit heureusement … Le timing de Steve Shutt était incroyable. Il était toujours au bon endroit et pas de chance. Vous pourriez avoir dix retours et ne pas être là, mais Steve Shutt était là dix fois. Il était toujours là pour mettre la rondelle dans le filet.

Serge Savard, vidéo sur Legends of Hockey

6. Bernie Geoffrion – 371 buts

Bernie "Boom Boom" Geoffrion a rejoint l'équipe en 1950 et a joué 14 saisons en portant Le Tricolore. Durant cette période, il a marqué 371 buts en 766 matchs. Il était connu pour son amour de la notation, à tel point qu'il est devenu le «créateur» auto-formé du tir.

Connexes: Royauté de hockey – Bernie ‘Boom Boom’ Geoffrion

C'est ce qui lui a valu le surnom de "Boom Boom" du fait du son de ses tirs, du boom de la barre et du boom de la cible. À l'ère de Maurice Richard, il est facile d'oublier l'arme offensive qu'était Geoffrion.

Bernie Geoffrion (Archives THW)

Il a pu gagner le Trophée Art Ross en 1955 et à nouveau en 1961. En 1961 également, il a remporté le Trophée Hart en tant que MVP de la ligue. Sa capacité à marquer en séries éliminatoires quand cela importait le plus était également impressionnante. Son résultat final avec Montréal s'est terminé avec 56 buts en 127 matchs, dont l'un était le but gagnant de la Coupe Stanley en 1958, la troisième de cinq victoires consécutives. La seule dynastie de la LNH à avoir réussi cet exploit dans l'histoire de la ligue.

7. Jacques Lemaire – 366 buts

Lemaire, un centre sous-dimensionné reconnu pour sa capacité à jouer dans les deux sens, s'est joint aux Canadiens lors de la saison 1967-68, marquant 22 buts en tant que recrue et terminant deuxième du trophée Calder contre l'attaquant des Black Hawks Stan Mikita. Lemaire a disputé 12 saisons dans la LNH, toutes avec le Tricolore, marquant 366 buts en 853 matchs. Il était une menace constante de marquer, marquant 20 buts ou plus au cours de ses 12 saisons dans la LNH. Il a également fait partie intégrante du succès de l'équipe dans les années 1970 lorsqu'il a centré la ligne du haut en raison de ses compétences défensives et de sa chimie offensive avec Guy Lafleur.

Jacques Lemaire (Archives THW)

Les habiletés offensives sous-estimées de Lemaire ont été pleinement mises en valeur lors des séries éliminatoires lorsqu'il a marqué 61 buts en 145 matchs – il est aussi l'un des six joueurs de l'histoire de la LNH à marquer non pas un, mais deux buts de la Coupe Stanley. Son premier a été le gagnant de la prolongation lors du quatrième match lorsque les Canadiens ont balayé les Bruins pour remporter la Coupe 1977. Son deuxième but de la Coupe était dans le cinquième match de la finale de la Coupe de 1979 contre les Rangers de New York.

8. Henri Richard – 358 buts

Sa partition n'était pas productive ou faite avec style, elle était simplement cohérente. On pouvait toujours compter sur Henri pour être offensé et parfois quand c'était le plus nécessaire. Il sera toujours connu comme le frère de Maurice Richard, mais Henri n'est pas entré dans la ligue à cause de son frère. Être le seul joueur à avoir remporté la Coupe Stanley à 11 reprises dans une carrière de joueur le prouve.

Henri Richard – (Archives THW)

Au cours de ses 20 saisons, toutes avec Montréal, Henri a marqué 358 buts en 1 258 matchs. Évidemment, son montant cible diminuait à la fin de sa grande carrière, mais il se présentait toujours lorsque vous aviez besoin de lui. Il a marqué le but de la victoire de la Coupe 2:20 en prolongation au stade hostile de l'Olympia de Detroit pour remporter la Coupe 1966. Il a de nouveau joué le héros en 1971 lorsqu'il a marqué des buts de trucage de matchs et de victoire lors du match 7 contre Chicago. Il prend sa retraite en 1975 à l'âge de 38 ans. Peu de temps après, son numéro 16 a été retiré le 10 décembre 1975 et élevé à la barre à côté du numéro 9 de son frère. Puis, en 1979, il a été intronisé au Temple de la renommée du hockey.

9. Aurele Joliat – 269 buts

Aurele «Little Giant» Joliat s'est jointe aux Canadiens en 1922 pour compenser Saskatoon d'avoir signé Newsy Lalonde loin des Canadiens. Il a eu un impact immédiat cette saison-là, marquant 13 buts en 24 matchs. Joliat, lauréat du trophée Hart en 1934, a joué 16 saisons avec l'équipe marquant 269 buts en 655 matchs tout en formant un duo solide avec Howie Morenz pendant plusieurs saisons. Il a joué un rôle essentiel en remportant trois coupes Stanley avec l'équipe avant de prendre sa retraite en 1938.

10. Mario Tremblay – 258 buts

Avant de devenir un entraîneur montréalais controversé, Mario Tremblay était un vénérable joueur de rôle pendant les dynasties canadiennes des années 1970. Préparé 12e au classement général en 1974, il s'est joint à l'équipe au milieu de la saison 1974-75 et a marqué 21 buts en tant que recrue. Dans une petite équipe, il peut avoir été la principale menace offensive; dans une équipe remplie de joueurs de HHOF comme Lafleur, Shutt et Cournoyer, cependant, le rôle de Tremblay était de marquer secondaire.

Le rôle de Tremblay ne peut être sous-estimé pour son importance dans le succès de l'équipe. Au cours de ses 12 saisons, toutes à Montréal, il a marqué 258 buts en 852 matchs, et marquer en séries éliminatoires a également été un élément clé du succès de l'équipe. Il a marqué 20 buts en 101 matchs éliminatoires en route vers quatre Coupes Stanley. L'un de ses 20 buts a remporté la Coupe des Canadiens lors du cinquième match de la Finale de la Coupe Stanley de 1978 contre son rival des Bruins de Boston.

11. Howie Morenz – 257 buts

Morenz était la superstar de la LNH à son époque. Il a été le premier joueur de l'histoire de la LNH à devenir trois fois lauréat du trophée Hart, remportant le prix en 1928, 1931 et 1932. Au cours de ses deux voyages avec l'équipe, il a joué 12 saisons pour Montréal et a marqué 257 buts en 460 matchs.

Connexes: Howie Morenz – Royauté de hockey

Il était une force si offensive que pendant sept saisons entre 1926 et 1932, il a mené les Canadiens au chapitre des buts et des points. Sa capacité à marquer n'était pas non plus réservée à la saison régulière, car il était l'auteur des deux buts gagnants de la Coupe en 1924 et 1930.

Howie Morenz, «The Stratford Flash». (Archives THW)

Il a joué son dernier match le 28 janvier 1937, lorsqu'il a eu un accident tragique dans lequel il s'est cassé la jambe. Trois semaines plus tard, après avoir appris qu'il ne pourrait plus jouer au hockey, il s'est éloigné d'une embolie coronarienne. Ses funérailles, tenues le 11 mars 1937, furent les premières funérailles «d'État» de l'équipe tenues au Forum de Montréal, afin que des milliers de fans puissent rendre hommage à un grand joueur. Son numéro sept a pris sa retraite le 2 novembre 1937 – le premier numéro que les Canadiens ont retiré de l'histoire de la franchise.

12. Dickie Moore – 254 buts

Moore s'est joint aux Canadiens en 1951. Il a rapidement gravi les échelons et a été un habitué de l'aile gauche pendant ses 12 saisons à Montréal. Il a marqué 254 buts en 654 matchs pour le Tricolore et a même mené l'équipe dans des buts une fois. Moore a également remporté des trophées Art Ross consécutifs en tant que meilleur buteur de la ligue en 1958 et 1959. Au cours de son séjour à Montréal, Moore a ajouté 38 buts en 112 matchs éliminatoires, remportant six Coupes Stanley – l'un de ses 38 buts était la Coupe – marquant des buts en 1957.

13. Claude Provost – 254 buts

Provost, ailier droit, a rejoint l'équipe lors de la saison 1955-56 et a marqué 13 buts lors de sa saison recrue. Il a joué toute sa carrière de 15 ans dans la LNH avec Montréal, marquant 254 buts en 1005 matchs.

Claude Provost (Archives THW)

Gagnant du trophée Masterton 1969, Provost a remporté neuf coupes Stanley au cours de sa carrière et a la particularité d'être la seule personne de l'histoire de la LNH à avoir remporté huit coupes Stanley ou plus et à ne pas être membre du Temple de la renommée du hockey.

14. Mats Naslund – 243 buts

Naslund, affectueusement surnommé «le Petit Viking», a joué huit saisons avec les Canadiens. Préparé par l'équipe en 1979, il les rejoint en 1982, marquant 71 points en 76 matchs en tant que recrue, dont 26 buts. À sa troisième saison dans la LNH en 1984, il était devenu le meilleur buteur de l'équipe avec 42.

Mats Naslund # 26 se tient tête et épaules au-dessus de ses coéquipiers des Canadiens lors d'un match au Forum à la fin des années 1980 (Photo de Denis Brodeur / NHLI via Getty Images)

Il a finalement mené l'équipe au but à trois reprises. Au cours de ses huit saisons dans la LNH avec Montréal, Naslund a marqué 243 buts en 617 matchs. Il détient également le prix pour avoir été le dernier joueur des Canadiens à marquer 100 points ou plus en une saison, le plus récemment en 1986.

15. Bob Gainey – 239 buts

Gainey a été repêché huitième au total en 1973 et s'est joint au Tricolore à temps plein en 1973. Il n'était pas surtout connu pour ses habiletés offensives – au contraire, il était connu pour son sens aigu de la défense. À tel point que l'histoire de la LNH le raconte que le trophée Selke, décerné au meilleur attaquant défensif, a été créé parce que Gainey était le premier attaquant défensif.

Il a reçu le premier Selke et les trois consécutifs, faisant de lui et Patrice Bergeron les deux seuls attaquants à le remporter quatre fois. Avant de prendre sa retraite en 1989 et de marquer 239 buts en 1160 matchs, Gainey a également remporté cinq coupes Stanley. Il a été inauguré au HHOF en 1992, puis son numéro 23 s'est retiré aux barricades de Montréal le 23 février 2008.

16. Toe Blake – 235 buts

Blake, originaire de Coniston, ON, a disputé 14 saisons dans la LNH – 13 avec les Canadiens, où il a marqué 235 buts en 577 matchs. À l'époque, il patrouillait dans l'aile gauche de la première ligne du Canada, y compris avec l'une des lignes les plus célèbres jamais formées dans l'histoire de la LNH, la Punch Line. Cette ligne était composée de Blake, Elmer Lach et Maurice Richard et a terrorisé les gardiens de but de la LNH pendant les années 1940. Blake a également mené les Canadiens en marquant trois fois au cours de ses 13 saisons.

Toe Blake à ses débuts avec les Canadiens. (Archives THW)

En séries éliminatoires, il réussit à marquer des buts importants avec 25 buts en 57 matchs éliminatoires. Deux de ces buts ont été les buts de la Coupe Stanley en 1944 et 1946 et ont consolidé sa réputation de buteur d'embrayage dans l'histoire du Canada.

17. Tomas Plekanec – 233 buts

Le centre d'origine tchèque, Plekanec, a été repêché au troisième tour du repêchage 2001 de la LNH. Il s'est joint aux Canadiens à temps plein lors de la saison 2005-06. Peu de temps après, il est devenu le centre à double sens de l'équipe, face au meilleur attaquant de l'opposition.

Cela dit, son attaque ne manquait pas non plus puisqu'il a fourni sept saisons avec 20 buts ou plus. Il a complété ses 15 saisons dans la LNH presque exclusivement avec les Canadiens, à l'exception des quelques mois malheureux où il a joué avec les Maple Leafs de Toronto. Plekanec a marqué les 233 buts des Canadiens en 984 matchs. De retour à Montréal, il a pris sa retraite après avoir disputé son 1000e match dans la LNH.

18. Max Pacioretty – 226 buts

Pacioretty a été repêché au premier tour en 2007 à partir du repêchage reçu dans le commerce Craig Rivet des Sharks de San Jose. Après une saison dans la NCAA, Pacioretty a rejoint les rangs professionnels et a sauté entre Montréal et leurs Bulldogs de Hamilton affiliés à la AHL. C'était jusqu'à ce que le tristement célèbre Zdeno Chara frappe le 8 mars 2011, lorsque Pacioretty a subi une fracture vertébrale et une grave commotion cérébrale. Lorsqu'il s'est rétabli, il a remporté le trophée Masterton et a vraiment fait son plein, sans jamais revenir dans la AHL. Il a ensuite produit cinq saisons au cours desquelles il a marqué 30 buts ou plus pour le Tricolore.

Max Pacioretty (Amy Irvin / Les écrivains de hockey)

Pacioretty fut le premier tireur d'élite à être créé et développé par l'équipe que les fans avaient vue depuis plus de dix ans. Au cours de ses 10 saisons à Montréal, il a marqué 226 buts en 626 matchs et a mené l'équipe au chapitre des buts marqués cinq fois. Il a été échangé aux Golden Knights de Vegas en 2018 contre Tomas Tatar et Nick Suzuki.

19. Stephane Richer – 225 buts

Richer, une autre ronde des Canadiens au repêchage légendaire de 1984, s'est joint aux Canadiens à temps pour la saison 1985-86 et une coupe Stanley. Il a marqué 21 buts lors de la saison recrue et, au cours des neuf saisons à Montréal, il a marqué 225 buts en 490 matchs.

Stéphane Richer des Canadiens de Montréal (Robert Laberge / Allsport)

Il a été un marqueur de 50 buts à deux reprises avec l'équipe et a remporté le prix en tant que dernier joueur à marquer 50 buts dans l'uniforme des Canadiens, un exploit qu'il a accompli lors de la saison 1989-90. Il a été échangé aux Devils du New Jersey en 1991 contre Kirk Mueller.

20. Pete Mahovlich – 223 buts

Mahovlich était le deuxième joueur jamais repêché (par Detroit) au repêchage amateur de la LNH. Il a ensuite été échangé à Montréal de Detroit en échange de Garry Monahan, par coïncidence le premier joueur jamais sélectionné dans le repêchage amateur de la LNH.

Pete Mahovlich des Canadiens de Montréal, 1970 (Photo de Steve Babineau / NHLI via Getty Images)

Mahovlich a joué neuf saisons dans l'uniforme des Canadiens, marquant 223 buts en 580 matchs. Il n'avait pas le score de son frère aîné Frank, mais il a pu marquer plusieurs saisons de buts au moins 30.

Le poste Les 20 meilleurs buteurs de tous les temps des Canadiens de Montréal sont apparus pour la première fois dans The Hockey Writers.

A la Une

La MLB n'annonce aucun nouveau test COVID-19 positif parmi les joueurs

Pour la 54e journée consécutive, il n'y a pas eu de test COVID-19 positif parmi les joueurs de la Major League Baseball,...

La longue querelle de Shaq Reignites avec Dwight Howard en l'appelant "Frontrunner" et "Bandwagon Jumper"

Ce n'est un secret pour personne que Shaquille O'Neal n'a pas toujours été le plus grand fan de Dwight Howard . Ce...

AP Source: Washington QB Dwayne Haskins condamné à une amende pour avoir enfreint le protocole

Le quart-arrière de Washington Dwayne Haskins a été condamné à une amende par l'équipe pour avoir enfreint les protocoles COVID-19, selon une...

Toujours pas de sécurité dans la saison 2020-2021 de la LNH après le discours du directeur général

Blog Quickie sur le discours du directeur général de la LNH de vendredi: Comme tous les amateurs de hockey de la...

A lire aussi

Hockey Twitter dit #ThankYouDoc après la retraite de Mike Emrick

Après près de cinq décennies au salon, Mike Emrick a décidé de mettre son casque pour la dernière fois de sa carrière....

Les affaires d'arbitrage des Sabres ont mis les équipes dans le pétrin

Après avoir ronflé le réputé agent libre Taylor Hall, les Sabres de Buffalo ont environ 13 millions de dollars en salle de...

Questions et réponses: Brian Burke sur l'ultimatum de Kessel, la coupe de cheveux de Hull, le pire brouillon d'interview

Brian Burke le diffuseur et Brian Burke l'auteur fonctionnent tous deux selon le même petit ensemble de règles spécifiques: 1. Obtenez...

Celui qui s'est échappé des Maple Leafs: Tuukka Fast

Il semble que chaque saison dans la LNH, il y a un métier qui a clairement un gagnant et un perdant. Parfois,...

Les 20 meilleurs buteurs de tous les temps des Blackhawks de Chicago

Les Blackhawks de Chicago ont une longue histoire en tant que l'un des six originaux de la Ligue nationale de hockey. Un...

L'ancien champion de la Coupe Stanley Brent Sopel est là pour changer le monde

Malgré une riche carrière de hockey professionnel avec un titre avec les Hawks en 2010, Brent Sopel dit qu'il va...

3 Hot Takes pour la saison 2020-21 des Canucks – Baertschi, Pettersson & Clark

À ce moment-là, dans une autre année, nous surveillerons nos équipes préférées de la LNH alors que nous prédisons quel joueur le...

Qu'est-ce qui ne va pas avec Jeremy Bracco des Maple Leafs?

"Je suis fier d'annoncer des chevaliers de Londres, Mitch Marner." Catalogue Ce sont les mots que les Maple Leafs...

Canucks prolonge l'accord de deux ans de Jake Virtanen, d'une valeur de 5,1 millions de dollars

Les Canucks de Vancouver ont signé avec Jake Virtanen un accord de deux ans d'une valeur annuelle moyenne de 2,55 millions de...

Comment gérer une carrière dans la LNH hors de la glace

Sports Professional Management Inc. représente quelques grands noms du hockey, dont William Nylander, Johnny Gaudreau, Torey Krug et Brandon Saad, et a...

Related articles

Leave a reply

Please enter your comment!
Please enter your name here