Kings de Los Angeles: la fondation de la royauté

En mars 1965, le président de la LNH, Clarence Campbell, a entamé un processus officiel visant à faire passer la Ligue nationale de hockey de six équipes à une douzaine. La manœuvre verrait des franchises situées à la fois dans le Midwest et sur la côte ouest, en plus des "Original Six" déjà établis de la ligue.

De nombreuses villes ont tenté d'être un site d'atterrissage pour l'une des six nouvelles équipes, y compris des places initialement cédées par la LNH comme Cleveland, Buffalo, Vancouver, Louisville et Baltimore. Certaines de ces mêmes villes finiraient par abriter leurs propres franchises de la LNH alors que la ligue continuait de connaître une croissance et une stabilité.

TORONTO, CANADA – 14 NOVEMBRE: Marcel Dionne n ° 16 des Kings de Los Angeles patine sur la glace contre les Maple Leafs de Toronto en action de jeu le 14 novembre 1984 au Maple Leaf Gardens de Toronto, Ontario Canada. (Photo par Graig Abel Collection / Getty Images)

Après beaucoup de réflexion et de réflexion, il serait décidé au début de 1966 quelles villes seraient affectées à une nouvelle équipe de la LNH. Ces équipes «Second Six», qui sont dans une division distincte – Division Ouest – seraient les North Stars du Minnesota, les Oakland Seals, les St. Louis Blues, les Philadelphia Flyers, les Pittsburgh Penguins et les Los Angeles Kings. Pour la première fois dans l'histoire de la ligue, 12 équipes concourraient pour la Coupe Stanley avec le début de la saison 1967-68.

Le hockey vient au paradis

Cette expansion marquerait également la première fois que le hockey de la LNH serait présenté dans l'état de Californie. Depuis, quatre équipes différentes au total ont vu le soleil du «Golden State» – le plus réussi dont les Kings de Los Angeles ont été les plus réussis et les plus durables.

Depuis sa création en 1967-68, les Kings ont participé à trois finales de la Coupe Stanley, remportant le championnat dans deux de ces apparitions. Il faudrait 44 saisons à Los Angeles pour remporter sa première Coupe, et l'équipe existe depuis plus d'un demi-siècle.

En cours de route, il y a eu de nombreux moments historiques, des personnages colorés et des souvenirs qui durent toute une vie.

THW revient sur l'histoire des rois, du tout début à nos jours. Beaucoup des noms que nous mentionnerons évoqueront sûrement leurs propres souvenirs, en particulier pour ceux qui ont suivi les rois pendant longtemps. Nous espérons que vous apprécierez ce retour sur l'une des franchises les plus célèbres du hockey.

Années 1960

Terry Sawchuk, qui dirigeait le réseau de Los Angeles le 23 octobre 1967, était un roi original et l'une des premières stars de l'équipe (photo de Boris Spremo / Toronto Star via Getty Images).

C'est le propriétaire d'origine Jack Kent Cooke qui a amené le hockey sur glace sur les belles plages du sud de la Californie. Ayant déjà possédé les Los Angeles Lakers de la National Basketball Association, la nouvelle propriété des Kings par Cook était parfaitement logique. Il était Canadien de Hamilton, en Ontario, et alors que sa première propriété sportive était avec les Lakers et les Redskins de Washington de la NFL, la véritable passion de Cook pour le hockey était.

Cooke a appelé l'équipe "Kings" parce qu'il voulait produire un air de royauté. Le 14 octobre 1967, les Kings ont joué et remporté leur premier match au Long Beach Arena contre les Flyers de Philadelphie, 4-2. Cooke avait une bonne réputation à Hollywood, car il avait l'intention de glamouriser et de marquer sa nouvelle équipe.

Le roi d'origine le plus célèbre n'était autre que le gardien légendaire de 38 ans, Terry Sawchuk. Beaucoup considèrent toujours Sawchuk comme le plus grand gardien de but à avoir jamais joué. Lorsqu'il a été réclamé par les Kings de Toronto lors du repêchage d'expansion de 1967, Sawchuk avait déjà remporté quatre coupes Stanley et avait obtenu 100 blanchissages au cours de sa carrière. Il voulait obtenir une fiche de 11-14-6 avec les Kings de première année, ajoutant deux blanchissages supplémentaires à son incroyable carrière dans l'ensemble.

Cependant, à part Sawchuk, les premières équipes des Kings n'avaient pas grand-chose en termes de «grands noms». Cooke, qui avait un penchant pour les surnoms et le désir de faire pétiller son nouveau club de hockey, colporta les noms plus colorés de ses joueurs pour les renforcer encore parmi "Tinseltown".

Dans les premières saisons de la franchise, les goûts d'Eddie "The Jet" Joyal, Eddie "The Entertainer" Shack, "Cowboy" Bill Flett, Juha "Whitey" Widing et Real "Frenchy" Lemieux sont venus pour n'en nommer que quelques-uns. Finalement, Cooke allait changer le cours de l'histoire des rois en construisant le Forum, ou mieux connu des habitants d'Hollywood sous le nom de "The Fabulous Forum", où l'équipe jouerait pendant les 32 prochaines saisons.

Le nouveau château de Cook pour L.A. Kings (Archives THW).

Les Kings ont terminé leur première saison 31-33-10 – l'un des meilleurs records jamais réalisés par une équipe d'expansion de la LNH. Les décennies à venir apporteraient beaucoup plus d'histoires de succès royal en Californie alors que les rois poursuivaient leur voyage.

Années 1970

Les années 1970 ont commencé avec Kings acquérant le futur Temple de la renommée Bob Pulford des Maple Leafs de Toronto, en échange de Garry Monahan et Brian Murphy le 3 septembre 1970. Vétéran d'expérience, Pulford a non seulement apporté un leadership éprouvé aux Kings & # 39; ; le vestiaire, mais a également ajouté un sentiment de légitimité et de respect pour la composition de l'équipe.

Pulford, un ailier gauche, avait remporté quatre coupes Stanley en tant que membre des Leafs avant l'échange. Il voulait terminer sa carrière de joueur dans la LNH avec les Kings, avec ses deux dernières campagnes en 1970-71 et 1971-72.

Le joueur professionnel canadien de hockey sur glace Butch Goring # 19 sur le patin à glace des Kings de Los Angeles lors d'un match sur la route contre les Islanders de New York, Nassau Coliseum, Uniondale, New York, décembre 1978. Goring a joué pour les Kings de 1969 à 1980 (photo de Bruce Bennett) Stucios / Getty Images)

Pulford a pris sa retraite en tant que joueur, devenant l'entraîneur-chef de Los Angeles en 1972-73 et continuerait à les mener à quatre apparitions consécutives en séries éliminatoires après sa première saison en tant qu'entraîneur.

Avec Pulford à la barre, les Kings ont établi un record d'équipe de 42-17-21 en 1974-75. Une grande partie du succès peut être attribuée à l'incroyable gardien de but du Hall of Famer Rogatien Vachon, ainsi qu'au contrôle intense de joueurs tels que Butch Goring, Mike Murphy et Bob Nevin.

Le 23 juin 1975, les rois ont fait ce qui serait l'un de leurs métiers les plus importants dans l'histoire de la franchise. Quand il a envoyé Terry Harper, Dan Maloney et un deuxième tour en 1976 aux Red Wings de Detroit, la superstar de Los Angeles Marcel Dionne et le défenseur Bart Crashley ont reçu.

Alors que Crashley jouait les quatre matchs dans l'uniforme des rois, le Hall of Famer Dionne ne jouerait que moins de 12 saisons pour la franchise. Il est devenu le premier roi à marquer 50 buts en une saison dans la LNH, ce qu'il obtiendrait six fois pour eux. Des 731 buts marqués par Dionne dans sa carrière dans la LNH, 550 l'ont été à Los Angeles.

Alors que la décennie touchait à sa fin, Cooke devait vendre Kings, Lakers et "The Fabulous Forum" au Dr Jerry Buss en 1979.

Années 1980

Le début des années 1980 inclurait un trio à Los Angeles qui est toujours considéré comme l'une des lignes avant les plus importantes de l'histoire du hockey. Dionne sera rejoint par l'ailier droit Dave Taylor et l'ailier gauche Charlie Simmer pour former la ligne «The Triple Crown». Dans la seule saison 1979-80, ils ont combiné 328 points en tant qu'unité. Déjà la saison prochaine, ils sont devenus la première combinaison de ligne où chaque membre a dépassé 100 points en une seule saison (Dionne – 58-77-135, Taylor – 47-65-112, Simmer – 56-49-105).

Au fur et à mesure que la décennie avançait, les rois ont apporté une richesse de jeunes talents créés par l'équipe. Des joueurs comme Bernie Nicholls, Larry Murphy, Jim Fox, Mark Hardy, Jay Wells, Steve Bozek, Doug Smith, Brian MacLellan, Grant Ledyard et Garry Galley ont été parmi les favoris des fans pendant la majeure partie de la décennie.

Bon nombre des mêmes joueurs faisaient partie de l'incroyable thriller des coulisses contre les Oilers d'Edmonton en 1982, dans ce qui est devenu connu sous le nom de "Le miracle sur Manchester".

Connexes: 1982 – Le miracle de Manchester

Maintenant, au milieu de la décennie, trois jeunes rois talentueux sont venus à bord. Luc Robitaille, Jimmy Carson et Steve Duchesne représentaient L.A. dans l'équipe All-Rookie de la LNH pour 1986-87. Robitaille, qui devait devenir le vainqueur de la Coupe Stanley à la fin de sa carrière à Détroit et qui serait intronisé au Temple de la renommée du hockey, est toujours considéré par beaucoup comme le plus grand joueur des Kings. Duchesne a remporté une coupe à la fin de sa carrière et a également joué avec Robitaille, tandis que Carson est devenu le deuxième plus jeune joueur de l'histoire de la LNH à marquer 50 buts en une saison.

L'ère Dionne à Los Angeles a pris fin lorsque les Kings ont échangé le centre contre les Rangers de New York le 10 mars 1987. Il serait finalement intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1992, tandis que les Kings se retiraient sous le maillot n ° 16. en 1990.

Le plus grand moment des années 1980, cependant, fut l'acquisition par Los Angeles de "The Great One" par Wayne Gretzky en août 1988. Lorsque Bruce McNall remporta une participation majoritaire dans l'équipe en 1987, il stupéfia le monde du hockey le 9 août 1988. lorsqu'il a échangé Carson, Martin Gelinas et des repêchages de premier tour en 1989, 1991 et 1993, et de l'argent pour les Oilers d'Edmonton en échange de Gretzky, Mike Krushelnyski et Marty McSorley.

L'avenir des Kings changera à jamais lorsque le plus grand joueur de hockey arrivera dans la ville, faisant de Los Angeles une destination idéale depuis.

Gretzky a établi un record d'équipe avec 168 points (54 buts, 114 passes) pendant la saison 1988-89 – sa première avec les Kings. Avec le numéro 99 en tête, l'équipe devait disputer les séries éliminatoires à chacune de ses cinq premières saisons à Los Angeles.

Années 90

Cette décennie a amené les Kings à leur tout premier match final de la Coupe Stanley. Pour la saison 1992-93, l'entraîneur-chef recrue Barry Melrose a guidé une équipe d'outsider (39-35-10 pour 88 points dans la division Smythe) dans une confrontation contre les Canadiens de Montréal. Malgré une énorme performance de Gretzky (15-25-40 en 24 matchs), les Kings perdraient en cinq matchs contre les Canadiens, lorsque Montréal remportait sa 24e Coupe Stanley.

Le reste de la décennie serait décevant pour L.A. Kings n'a pas réussi à jouer les séries éliminatoires en 1993-94, 1994-95, 1995-96, 1996-97 et 1998-99. L'équipe a ensuite changé de propriétaire après la faillite et a laissé le titre entre les mains de Philip F. Anschutz et Edward P. Roski, Jr. Ils voulaient entrer dans une phase de reconstruction, leur premier mouvement étant la nomination du légendaire joueur des Kings, Dave Taylor. au poste de directeur général.

De plus, l'arène du STAPLES Center a été officiellement ouverte le 17 octobre 1999 et est devenue la nouvelle maison des Kings.

Staples Center (Gary A. Vasquez-US PRESSWIRE)

L'équipe a également acquis un nouveau centre de conditionnement physique de 24 millions de dollars (Toyota Sports Center) à El Segundo, en Californie. Alors que la dernière moitié de la décennie de jeu sur la glace était loin d'être souhaitable, les transitions de bâtiments étaient le signe de jours meilleurs à venir.

Années 2000

Kings jouerait trois apparitions consécutives en séries éliminatoires de 1999-2000 à 2001-2002 sous la direction du nouvel entraîneur-chef Andy Murray. L'équipe a également été renouvelée en termes de personnel de joueurs. Le capitaine et l'un des meilleurs défenseurs de la ligue, Rob Blake, a été transféré dans l'Avalanche du Colorado où il voulait gagner sa propre coupe. Pendant ce temps, des joueurs comme Ziggy Palffy, Lubomir Visnovsky et Mattias Norstrom sont devenus les noms des rois.

Rob Blake, Avalanche, 13 octobre 2001 (Jeff Vinnick / Allsport)

Malheureusement, malgré le succès précoce que les équipes Murray ont trouvé à l'origine, les rois voulaient voir un triste vestige de la décennie. Après une défaite en séries éliminatoires au premier tour en 2001-02, Los Angeles n'a pas réussi à mettre fin aux séries éliminatoires pour les six prochaines saisons – leur plus longue sécheresse en séries éliminatoires de l'histoire de la franchise.

L'après-saison manque une porte tournante pour les autobus – Andy Murray, John Torchetti, Marc Crawford et Terry Murray. Ce serait aussi une porte tournante des joueurs. Les stars attendues de Los Angeles telles que Martin Straka, Jozef Stumpel, Pavol Demitra, Jeremy Roenick et Kyle Calder sont allées et venues avec peu ou pas de succès.

Bien que les résultats sur la glace soient décevants, c'est le travail hors glace du Kings Front Office et du personnel de reconnaissance qui ouvrira la voie à un avenir meilleur. Dean Lombardi a été nommé directeur général de l'équipe en avril 2006.

Jonathan Quick, LA Kings (Amy Irvin / The Hockey Writers)

Développeur talentueux et attentif aux clients potentiels de premier ordre, Lombardi a été en mesure d'empiler son équipe pour l'avenir avec une série d'acquisitions. Des joueurs comme Alec Martinez, Wayne Simmonds, Slava Voynov, Jordan Nolan, Kyle Clifford, Jonathan Bernier et peut-être plus important encore, Drew Doughty ont tous été repêchés par les Kings pendant la veille de Lombardi avant la fin de la décennie.

Heureux d'avoir déjà le repêchage pour les futures stars telles que le gardien Jonathan Quick et l'attaquant Anze Kopitar l'année avant la nomination de Lombardi, Kings a été fondé pour le succès éventuel de la Coupe Stanley.

Années 2010

Dans les années 2010, de nombreuses années de hauts et de bas ont finalement abouti à une équipe gagnante de coupe pour Los Angeles. Non seulement les Kings ont finalement – et vraiment – mis un marché du hockey non traditionnel comme la Californie sur la carte, mais ils sont également devenus l'une des franchises les plus prospères de la décennie.

Ils n'ont pris feu qu'à la fin de la saison 2011-12, lorsqu'ils sont allés sur une déchirure de 12-4-3 dans les 19 derniers matchs de la saison régulière pour grincer dans les séries éliminatoires. Les Kings ont obtenu la huitième et dernière place en séries éliminatoires lors de leur avant-dernier match de la saison.

Une fois les séries éliminatoires commencées, la formation de départ rejettera les Canucks de Vancouver (4-1), les Blues de St. Louis (4-0) et les Coyotes de Phoenix (4-1) pour se qualifier pour leur deuxième finale de la Coupe Stanley. . Los Angeles a été conduit par le brillant gardien de but de Quick, et ensuite la saison a été marquée par Kopitar, Doughty, Justin Williams, le capitaine de l'équipe Dustin Brown, Mike Richards, Jeff Carter et Dustin Penner, qui ont chacun atteint deux chiffres en séries éliminatoires cette saison.

Brown soulève la toute première Coupe Stanley des Kings. (Jayne Kamin-Oncea-US PRESSWIRE)

En battant les Devils du New Jersey quatre matchs contre deux – y compris le premier et le deuxième match sur une victoire en prolongation – les Kings gagneraient le premier championnat de l'histoire du club. Une grande partie de cette réussite doit être attribuée au jeu à Quick, qui recevra le trophée Conn Smythe en tant que MVP des séries éliminatoires.

Kings était loin d'être un "poney à un tour". Ils voulaient répéter l'exploit de devenir vainqueurs de la Coupe Stanley deux saisons plus tard en 2013-2014. Il est également intéressant de noter qu'ils ont presque défendu le titre en 2012-13 en atteignant les demi-finales, avant de perdre à peine contre les Blackhawks de Chicago en prolongation du cinquième match.

Alors que la course secondaire a finalement échoué, Los Angeles serait néanmoins au sommet de la montagne la saison prochaine. Ayant en grande partie la même composition que l'équipe 2011-12, King a recruté de nouveaux venus tels que Marian Gaborik, Robyn Regehr, Tanner Pearson et Tyler Toffoli pour assurer leur deuxième victoire en coupe. Ils l'ont fait avec un solide bilan de 46-28-2-6 en saison régulière.

Il faudrait à Los Angeles trois séries consécutives de 7 matchs pour éliminer les Sharks de San Jose, les Anaheim Ducks et les Blackhawks pour revenir en finale. Une fois sur place, les Kings n'ont eu besoin que de cinq matchs pour renverser les Rangers et reprendre la coupe. Cette fois, ce serait le vétéran Justin Williams qui serait le receveur de Conn Smythe, après avoir marqué 9-16-25 en marquant 26 matchs en séries éliminatoires.

Dustin Brown et le vainqueur de l'équipe des Los Angeles Kings Philip Anschutz célèbrent après avoir remporté la Coupe Stanley 2014 (Photo de Dave Sandford / NHLI via Getty Images)

La seconde moitié des années 2010 finit par devenir plus ennuyeuse pour les rois. Ils ont raté les séries éliminatoires en 2014-15, 2016-17 et 2018-19, alors qu'ils ont subi des pertes au premier tour lors de performances intermédiaires.

Cela dit, leurs joueurs clés ont continué de produire et de demeurer parmi les meilleurs de la LNH. Kopitar reste l'un des meilleurs joueurs bidirectionnels du jeu aujourd'hui et a remporté le trophée Selke en tant que meilleur attaquant défensif du match en 2015-16 et 2017-18. Doughty a remporté un trophée Norris en 2015-16. Pendant ce temps, Quick a remporté le trophée William M. Jennings en 2017-2018 en tant que gardien de but avec le moins de buts contre.

Au début de la saison 2019-2020 de la LNH, neuf joueurs sont restés sur la liste des Kings après la victoire de la Coupe 2013-14. À l'aube des années 2020 et avec Los Angeles ayant acquis le statut de franchise historique très viable, nous sommes convaincus que Jack Kent Cooke est un endroit qui sourit très fièrement à l'équipe qu'il a autrefois fondée. Voici encore 50 ans de hockey Kings!

Le message Les rois de Los Angeles: la fondation de la royauté est apparu pour la première fois sur The Hockey Writers.

A la Une

Kevin Durant parle d'introduire des femmes dans la bulle de la NBA

Danuel House Jr. a été expulsé de la bulle de la NBA pour avoir prétendument une femme non autorisée dans sa chambre...

Dillon Gabriel, Young Star QB de l'UCF, met le football universitaire en garde

Dillon Gabriel et les chevaliers de l'UCF, des répétitions que les fans et analystes de football universitaire peuvent, ne disparaissent pas. Une...

3 points à retenir des Stars Match 2 Défaite en finale de la coupe Stanley

Après avoir remporté une victoire 4-1 dans le premier match de la finale de la coupe Stanley, c'était un peu différent pour...

La NFL annonce qu'aucun joueur n'a été testé positif au COVID-19 du 13 au 19 septembre

La NFL et la NFL Players Association ont annoncé mardi qu'aucun joueur n'était positif au COVID-19 pendant la période de test du...

A lire aussi

Top 5 des rois actuels à voir en 2020-21

Pour la 29e place des Kings de Los Angeles, la saison dernière était à oublier. L'équipe n'a pas marqué et a perdu...

Lightning: titre de 2 histoires pour la finale de la Coupe Stanley

La dernière saison de la Coupe Stanley bat son plein partout dans le monde du hockey. Le Lightning de Tampa Bay et...

Bill Daly & # 39; très heureux & # 39; avec l'expérience de la bulle de la LNH

Le commissaire adjoint de la LNH explique comment la bulle a fonctionné, ce que la ligue aurait pu faire mieux, quand la...

Josi des Predators remporte le premier trophée Norris

Lundi soir, la LNH a décerné plusieurs de ses meilleurs prix individuels. Nous avons couvert chacun d'eux dans The Hockey Writers: ...

Le vétéran de la faune Eric Staal aux Sabres pour Marcus Johansson

BUFFALO, N.Y. - Kevyn Adams n'a pas eu à faire trop de devoirs au centre Eric Staal pour terminer son premier métier...

Blues engage l'ancien entraîneur des Stars Jim Montgomery comme entraîneur adjoint

Les Blues de St. Louis ont embauché Jim Montgomery comme entraîneur adjoint, a annoncé l'équipe mercredi. Bienvenue chez Blues, Monty! ...

Nouvelles et rumeurs des Maple Leafs: Babcock, Parayko, Bracco et plus

Dans ce numéro des Nouvelles et rumeurs des Maple Leafs de Toronto, je partagerai la nouvelle que Mike Babcock a perdu Peter...

Les Flyers devraient remplacer Voracek avant le développement de l'ébauche

Les Flyers de Philadelphie et le directeur général Chuck Fletcher sont prêts pour une autre saison morte. Fletcher cherchera à s'appuyer sur...

La signature de Pietrangelo par les Maple Leafs est possible, mais c'est difficile

Si vous ne vous en êtes pas rendu compte, le capitaine des Blues de St. Louis, Alex Pietrangelo, est le premier nom...

Le jour où la coupe Stanley a été volée

Il y a peu d'objets dans les sports qui inspirent le respect et la crainte comme la coupe Stanley. La simplicité et...

Related articles

Leave a reply

Please enter your comment!
Please enter your name here