Choix des meilleurs et pires blues au repêchage depuis 2010

Un repêchage réussi fait ou défait une franchise de la LNH. Depuis que Doug Armstrong a pris la relève en tant que directeur général des St. Louis Blues en 2010, ils ont construit avec beaucoup de succès de l'intérieur. Plusieurs choix importants au repêchage sont devenus les pierres angulaires de l'équipe et ont joué un rôle important dans l'obtention du tout premier championnat de la Coupe Stanley du club en 2019. Mais tout n'a pas été des éloges. Les Bleus ont raté et raté beaucoup, même sur quelques choix de première ronde.

Lorsque nous cartographierons les meilleurs et les pires brouillons de l'ère Armstrong, nous garderons à l'esprit plusieurs choses. 1) Ces choix seront mesurés par le succès de la LNH avec les Bleus. Le succès dans les ligues juniors, au niveau international ou pour une autre équipe de la LNH, ne sera pas considéré. 2) Pour qu'un choix soit un "buste", il doit se produire dans les deux premiers tours. Le troisième tour et au-delà est au mieux un lancer de dés. 3) De même, les joueurs sélectionnés au troisième tour ou plus tard qui ont un impact sur la LNH sont des découvertes incroyables par leur organisation, et seront donc considérés comme de bons choix.

Les pires choix des Bleus depuis 2010

5) 2011: Ty Rattie, Pick 32

En raison du commerce qui a envoyé Erik Johnson au Colorado, les Bleus n'avaient pas de premier tour en 2011, donc Ty Rattie est devenu leur premier choix. Rattie a eu une carrière fantastique avec les Winterhawks de Portland de la WHL, une qui comprenait deux saisons de 100 points, un championnat de la WHL et un trophée MVP des séries éliminatoires de la WHL. Il avait également l'air bien dans la AHL et a marqué 136 points en trois saisons prolongées avec les Wolves de Chicago.

Ty Rattie (Crédit: Texas Stars Hockey)

Pour une raison quelconque, Rattie n'a jamais compris dans la LNH. Peut-être que sa petite taille – 5 pieds 11 pouces, 170 livres – est quelque chose à blâmer. Mais les Blues n'ont même pas donné à Rattie une chance prolongée chez les pros, et il a sauté un peu dans la ligue. Il est réapparu plus tard avec les Oilers d'Edmonton, où il a eu l'occasion de jouer avec Connor McDavid.

Rattie a la vitesse nécessaire pour suivre un joueur comme McDavid, mais il semble de moins en moins être un joueur viable de la LNH, et même s'il l'est, ce ne sera pas avec les Bleus. Même le désespoir constant des Oilers pour les ailiers talentueux n'a pas pu les convaincre de garder Rattie, et il a continué à jouer dans la Ligue continentale de hockey (KHL) en Russie au cours de la saison 2019-20 et en Finlande par la suite.

4) 2013: Tommy Vannelli, Pick 47

C'était une époque où Tommy Vannelli était considéré comme un voleur potentiel au deuxième tour, et était considéré comme l'un des meilleurs espoirs défensifs de l'équipe. Cependant, il a subi une commotion cérébrale débilitante qui l'a empêché de sortir pendant plus d'un an, et son développement s'est arrêté. Depuis, des perspectives de défense telles que Colton Parayko, Vince Dunn, Jake Walman et d'autres l'ont dépassé, et en 2018 les Bleus ont décidé de ne pas proposer Vannelli pour qu'il puisse devenir un agent libre illimité.

3) 2012: Samuel Kurker, Pick 56

Samuel Kurker est un choix de deuxième ronde qui n'a jamais disputé de match dans la LNH. Défenseur défensif, Kurker n'a marqué que 30 points en 116 matchs de la NCAA avec l'Université de Boston et l'Université du Nord-Est, et depuis qu'il a quitté l'université, il a rebondi sur plusieurs arrêts dans la AHL et l'ECHL. Il n'a jamais obtenu de contrat dans la LNH et à 26 ans, il est peu probable qu'il le fasse un jour.

2) 2010: Sebastian Wännström, Pick 44

Comme nous le verrons, 2010 a été l'un des meilleurs brouillons de l'histoire de l'équipe; leur choix de deuxième ronde, cependant, était un tour et un échec. Sebastian Wännström a signé un contrat d'un an avec les Bleus en 2014-15, mais il n'a jamais joué. Il n'a en fait pas beaucoup joué en dehors de son pays d'origine, la Suède. Il a été un bon buteur là-bas, mais n'a jamais tenté aucune équipe de la LNH de lui donner une chance aux États-Unis.

1) 2012: Jordan Schmaltz, Pick 25

Les Bleus n'ont pas manqué grand-chose au premier tour depuis qu'Armstrong a pris le relais. Mais leur bilan n'est pas impeccable et Jordan Schmaltz sera probablement le plus gros buste du premier tour de l'ère Doug Armstrong. S'il est peut-être temps pour lui de reprendre sa carrière, comme une élection de 2012 qui n'a pas encore eu un impact majeur, cela semble peu probable.

En seulement 42 matchs dans la LNH au total, Schmaltz, qui a été repêché comme défenseur offensif, a récolté cinq passes, aucun but et une fiche de moins-7. Il a connu quelques faits saillants aux niveaux inférieurs, notamment une fantastique carrière collégiale et une nomination dans la Ligue des étoiles de la Ligue américaine lors de la saison 2017-2018. Mais avec le noyau défensif empilé des Bleus devant eux, il serait toujours difficile de trouver une place. Armstrong a décidé de passer à autre chose une fois pour toutes en 2019, remplaçant Schmaltz par les Maple Leafs de Toronto en échange d'Andreas Borgman, un peu plus qu'un mélange d'organismes de la AHL. Schmaltz est passé aux Tucson Roadrunners en 2020-2021, où, s'il est appelé dans les Coyotes de l'Arizona de la LNH, il rejoindra son frère plus jeune et plus prospère Nick.

Le meilleur choix des Bleus depuis 2010

Évaluation honnête: 2014: Robby Fabbri, Pick 21

Robby Fabbri était un excellent choix de première ronde salué dès le départ, obtenant les meilleures notes des Bleus immédiatement après le repêchage de 2014. Après une autre saison chez les juniors, Fabbri a fait ses débuts dans la LNH et avait l'air bien, et a marqué 37 points en 72 matchs en 2015-16.

Cependant, les blessures ont gravement entravé la carrière de Fabri. Il a d'abord subi une blessure au LCA en février 2017, puis il s'est blessé à nouveau alors qu'il réparait chirurgicalement son genou lors de la prochaine pré-saison. Ce fut une série de blessures dévastatrices à récupérer, et Fabbri a eu du mal à sa première saison. Bien qu'il ait remporté une coupe Stanley avec l'équipe, il était évident que la liste des postes l'avait dépassé, surtout quand il avait eu du mal à gagner la confiance du nouvel entraîneur-chef Craig Berube.

Armstrong a mis un terme discret à la saison Fabbri au début de la saison 2019-20, répondant à la demande du joueur de lui trouver une nouvelle maison avec de meilleures opportunités de jeu. Armstrong a fait cela et a échangé Fabbri aux Red Wings de Detroit, la pire équipe de la ligue cette saison. En tant que l'une des rares performances de la ville à Motor City, Fabbri ressemble beaucoup plus au joueur qu'il avait l'habitude de faire, bien qu'il ait joué pour une équipe terrible. Ce sera peut-être une résurgence de sa jeune carrière, mais malheureusement ce ne sera pas à Saint-Louis.

Examen honnête: 2016: Jordan Kyrou, Pick 35

Dans un an, Jordan Kyrou pourrait monter en flèche dans cette liste. Le jeune a eu une carrière incroyable avec Sarnia Sting dans la OHL, remportant le trophée Red Tilson pour le joueur par excellence de la OHL et le trophée Jim Mahon en tant que meilleur buteur de l'aile droite. Cette saison, il avait 109 points en 56 matchs. La même saison, il a également remporté une médaille d'or (avec Thomas) pour Équipe Canada aux Championnats du monde.

Jordan Kyrou, St.Louis Blues (Jess Starr / The Hockey Writers)

La saison suivante, Kyrou a joué dans la AHL et était un All-Star. Son explosion dans la LNH a été un peu lente, mais au début de la saison 2020-2021, il ressemble au joueur d'évasion des Blues. Kyrou a une vitesse d'élite et est de loin le joueur le plus rapide des Bleus. Il semble avoir une longue carrière en tant que meilleur joueur de la franchise.

5) 2017: Robert Thomas, choix 20

Lorsque les Bleus ont choisi Thomas 20th dans le Draft 2017, les critiques étaient mitigées. Certains analystes pensaient que c'était une sélection solide et que le QI élevé de Thomas au hockey et son fort instinct de pouvoir de jeu le serviraient bien dans la LNH. D'autres pensaient que les Bleus avaient pris un joueur sans compétences d'élite évidentes trop élevées. Mais Thomas a rapidement prouvé que ce dernier groupe avait tort avec son jeu sur la glace, remportant un championnat de la OHL, une médaille d'or aux championnats du monde, et a été nommé joueur par excellence des séries éliminatoires de la OHL la saison suivante.

Robert Thomas, alors des Bulldogs de Hamilton, a remporté le prix Wayne Gretzky 99 en tant que joueur le plus utile des séries éliminatoires de la Ligue de l'Ontario. (Images Aaron Bell / OHL)

Au début de la saison suivante, Thomas était un des meilleurs espoirs de la ligue, et les Bleus pensaient qu'il serait sur une liste 19. Il l'a fait, et malgré les premiers matchs, il est devenu une partie intégrante de la course de la Coupe de l'équipe, y compris fixant le but le plus significatif pour l'ensemble des séries éliminatoires: le double vainqueur du match 7 de Patrick Maroon contre les Stars de Dallas.

Thomas est devenu l'un des attaquants les plus constants et impressionnants des Bleus à sa deuxième saison. Bien qu'il n'ait que peu d'occasions d'accéder à sa position de centre naturel avec Ryan O'Reilly, Brayden Schenn et Tyler Bozak dans l'équipe, il contribue toujours à un niveau élevé. Pas convaincu? Thomas a un fan dans le compte Instagram de la LNH d'EA Sports, qui commente chaque publication de la LNH avec les quatre mots: «Robert Thomas est élite.

4) 2014: Samuel Blais, Pick 176

Quand nous avons parlé de joueurs qui se sont fait un nom dans les séries éliminatoires en 2019, la décision de Berube de faire participer Blais pour la première fois en plus d'un mois dans un match gagnant ou à domicile 6 contre Dallas a porté ses fruits. Le jeune attaquant a contribué avec un but et neuf coups sûrs.

Et bien que Thomas puisse être le meilleur joueur à long terme, le choix de Blais à la fin du sixième tour mérite une petite reconnaissance supplémentaire sur cette liste. Il a fait ses débuts dans la LNH lors de la saison 2017-2018, et ses résultats dans la Ligue américaine étaient exceptionnels, avec 40 points en 42 matchs et un tour du chapeau.

Le secret de Blais était la taille. Lorsque l'équipe l'a repêché, il était sous-dimensionné à seulement 5 pieds 9 pouces 165 livres. Il a depuis poussé, mesurant maintenant 6 pieds 2 pouces et pesait 205. Malgré sa croissance, il n'a lancé aucune des vitesses ou des compétences nécessaires pour faire des jeux qui justifiaient son évaluation dans le repêchage. Reste à savoir si Blais a déjà dépassé un pilote avant et de profondeur au milieu des six, mais même à ce niveau, il a été un voleur absolu au sixième tour.

3) 2015: Vince Dunn, Pick 56

Vince Dunn a explosé sur la scène de la LNH lors de la saison 2017-2018, apparemment sorti de nulle part. Il est passé devant des espoirs défensifs comme Jake Walman et Jordan Schmaltz dans le camp d'entraînement de cette saison et est devenu un match dans le club de la grande ligue. À long terme, il semble probable qu'il sera le quart-arrière d'une unité de jeu de puissance et jouera systématiquement dans les quatre premiers. Le fait que les Bleus aient repêché un tel joueur à la fin du deuxième tour indique qu'ils savent ce qu'ils font au repêchage, notamment en défense.

2) 2012: Colton Parayko, Pick 86

En parlant de défenseurs que les Bleus ont trouvés plus tard dans le repêchage, Colton Parayko est devenu le meilleur défenseur des Bleus et cherche maintenant à remplacer Alex Pietrangelo en haut à droite de l'équipe. Mais les Blues l'ont emmené profondément dans la troisième ronde en 2012. Armstrong était amoureux de Parayko bien avant qu'il ne soit tiré, le cachant littéralement du mieux qu'il pouvait dans la campagne albertaine afin qu'ils puissent l'emmener dans les rondes intermédiaires.
Colton Parayko (Amy Irvin / The Hockey Writers)

Depuis le repêchage, Parayko a augmenté sa taille, il a ajouté des compétences et il s'est ancré dans la LNH. Bien que son nom circule souvent dans les rumeurs, il ne va nulle part. Il est trop précieux pour la défense des Blues pour le laisser partir, et cela témoigne de l'ampleur du repêchage qu'il a choisi.

1) 2010: Jaden Schwartz, Pick 14; Vladimir Tarasenko, Pick 16

Il est rare qu'une équipe puisse jeter les bases de son groupe de tête dans un tour d'un repêchage, mais c'est exactement ce qu'Armstrong a fait avec ses deux premiers choix en tant que directeur général des Blues en 2010. Avec son propre choix, les Blues a choisi Jaden Schwartz, un petit mais talentueux attaquant de l'USHL. Ensuite, ils ont remplacé David Rundblad pour obtenir le 16e choix, avec lequel ils ont choisi Vladimir Tarasenko, un attaquant russe super talentueux qui a chuté au repêchage par crainte de préférer la KHL.

Jaden Schwartz, St.Louis Blues (Sergei Belski-USA TODAY Sports)

Au profit des Bleus, Tarasenko a choisi de jouer dans la LNH et est devenu une superstar de la ligue. Il a marqué le deuxième plus grand nombre de buts de la ligue de 2015 à 2018 et joue maintenant pour les Blues avec un contrat incroyablement abordable. Schwartz, pour sa part, est régulièrement parmi les joueurs les plus sous-estimés de la ligue (y compris être voté comme tel par ses autres joueurs de la LNH). Pourtant, il a connu une année marquante en 2017-2018, jouant avec son nouveau coéquipier Brayden Schenn.

Dans Schwartz et Tarasenko, les bleus ont peut-être leurs deux attaquants les plus importants, et ils les ont choisis séparément dans le même repêchage. C'était un chef-d'œuvre d'Armstrong qui a établi sa place dans le front office des Blues, et il sera discuté par les fans de Blues pendant très longtemps.

La grande force de Doug Armstrong

Le repêchage est ce qui fait de Doug Armstrong l'un des directeurs généraux les plus puissants de la ligue. Lui et son département scout, jusqu'à récemment dirigé par Bill Armstrong (aucune relation), ont trouvé perle après perle à travers le repêchage, tout en subissant relativement peu de bustes au repêchage. Il n'est pas étonnant que lorsque Martin Brodeur a quitté l'équipe pour retourner au New Jersey récemment, l'équipe a choisi Bill Armstrong pour remplir son rôle de directeur général adjoint. Les Blues ont constamment répondu aux besoins et construit leur liste à travers le repêchage, ce que chaque franchise doit faire pour réussir.

Doug Armstrong, directeur général des St. Louis Blues. (LA PRESSE CANADIENNE / Jeff Roberson)

Maintenant, les souffleurs bleus ont un grand potentiel, dont certains mentionnés ci-dessus, qui peuvent continuer à construire cet héritage de succès. Mais la véritable marque du succès d'Armstrong sera les noms de la Coupe Stanley et la bannière accrochée aux chevrons du Centre Entreprise. C'est la première bannière que l'équipe ait jamais accrochée, et les décennies de rédaction et de développement d'Armstrong ont beaucoup à voir pour y parvenir.

Profitez d'une plus grande histoire du hockey et des articles «Best of» dans les archives THW

Le post Les choix de repêchage des meilleurs et des pires blues depuis 2010 est apparu pour la première fois sur The Hockey Writers.

A la Une

Michael Jordan a fait payer à Jerry Stackhouse une vantardise arrogante

Il y a eu deux phases différentes dans la carrière de Jerry Stackhouse dans la NBA, et elles peuvent être divisées en...

La NBA fait ses débuts avec l'alcool avec l'expansion mondiale de Hennessy

La National Basketball Association (NBA) a élargi son partenariat avec Hennessy, faisant de la marque de cognac le «partenaire officiel des spiritueux»...

La FIBA ​​cible les créateurs de contenu Twitch dans le cadre d'une collaboration pluriannuelle

La Fédération internationale de basketball (FIBA) a rejoint Twitch dans le cadre d'une nouvelle collaboration pluriannuelle, qui a été lancée plus tard...

Revisitant le repêchage des Islanders de 2009

Les Islanders de New York ont ​​terminé la saison 2008-09 avec le pire bilan de la ligue. Le prix de leurs absurdités,...

A lire aussi

Golden Knights Team Awards à Quarter Mark dans la saison 2020-21

Les Golden Knights de Vegas ont officiellement atteint les quarts de finale de la saison bizarre de la LNH 2020-21, jouant 14...

Les images et les sons remarquables du match extérieur de la LNH à Lake Tahoe

Alors que les montagnes enneigées montaient la garde à l'horizon et projetaient leurs ombres sur la vaste surface bleu cobalt du lac...

Les Oilers & # 39; Kahun sont à l'honneur dans Comeback Win Over Canucks

Dominik Kahun a devancé les Oilers d'Edmonton & # 39; victoire de 4-3 contre l'hôte des Canucks de Vancouver au Rogers Arena...

Oilers vs. Flames: Bataille de choix de premier tour entre les années 2013 à 2017

Puisque les Oilers d'Edmonton et les Flames de Calgary s'affronteront dans la deuxième d'une bataille consécutive de l'Alberta samedi soir, troisième match...

Les Leafs & # 39; Matthews enflamme l & # 39; offensive, continue la quête pour être un joueur complet

L & # 39; attaquant des Maple Leafs de Toronto Auston Matthews & # 39; Les récentes explosions offensives continuent...

Revisitant le repêchage des Islanders de 2009

Les Islanders de New York ont ​​terminé la saison 2008-09 avec le pire bilan de la ligue. Le prix de leurs absurdités,...

Controverses sur les gardiens de la LNH: la liste chaude

La saison 2020-21 de la LNH est en cours et est terminée à environ un cinquième. Avec la saison raccourcie et le...

Le Bunnaman des Flyers poursuit son développement avec Philadelphie

Les Flyers de Philadelphie ont marqué un total de 48 buts en 14 matchs jusqu'à présent cette saison. Ce montant a permis...

Aujourd'hui dans l'histoire du hockey: 21 février

Certains des plus grands joueurs de l'histoire de la Ligue nationale de hockey ont atteint des jalons personnels et ont eu d'énormes...

Leafs & # 39; Nylander a dû jouer complètement, à la fois pour lui-même et pour l'équipe

Avec des blessures qui s'accumulaient et un gardien de but rougeoyant se dressant sur le chemin, William Nylander s'est levé...

Related articles

Leave a reply

Please enter your comment!
Please enter your name here