Brian Bellows fait du commerce à Montréal

Pendant une décennie complète, Brian Bellows a été une broche pour les North Stars du Minnesota et le meilleur tireur d'élite de l'équipe. Élu lors du deuxième repêchage de la LNH en 1982, il a représenté la franchise à trois matchs des étoiles différents (1984, 1988, 1992) et a même été nommé deuxième équipe d'étoiles de la LNH en 1990. Joue dans 753 matchs de saison régulière pour les North Stars, plus 81 autres en séries éliminatoires, une séparation avec les Bellows semblait assez improbable. L'aile gauche était profondément ancrée dans l'équipe et les fans du Minnesota.

Naturellement, Bellows ne serait surpris que lorsqu'un métier prenait forme après 10 saisons en tant que North Star. Bien qu'il n'ait pas été en mesure de le prédire à l'époque, le déménagement est ce qui lui a valu une bague de la Coupe Stanley et voir son nom gravé sur le calice en argent tout le temps. Nous revenons sur la transaction qui a vu Bellows passer du «Pays des 10 000 lacs» à la plus grande série de l'histoire du hockey.

Placer des scènes

En 753 matchs de Bellows au Minnesota, il a généré un total de 342 buts et 380 passes pour 722 points pour les North Stars. Sans compter le temps écoulé depuis le déménagement de la franchise à Dallas, ces scores sont les deuxièmes plus élevés de l'histoire de l'équipe au cours des années du Minnesota. Neal Broten – le seul North Star à marquer plus avec 796 – a joué 123 matchs de plus que Bellows avec l'équipe. Les 342 buts marqués par Bellows sont les plus marquants de l'histoire de North Star. Il n'y avait sans aucun doute pas de meilleur joueur dans l'histoire du hockey professionnel des Twin Cities.

La saison la plus productive de Bellows avec le Minnesota est survenue pendant la saison 1989-90 quand il a établi des sommets de carrière en buts (55) et en points (99). Le timing dans la carrière des athlètes peut souvent être étrange. Car si Bellows a amassé des sommes aussi importantes, ce fut peut-être l'apogée de sa carrière dans le Minnesota. Plusieurs grands moments étaient à venir, mais rétrospectivement, on peut voir que ce chapitre touchait à sa fin.

Brian Bellows a marqué 722 points en 753 matchs de saison régulière avec les North Stars du Minnesota (photo de B Bennett / Getty Images).

Après sa carrière en haute saison, les North Stars voulaient une course des plus inattendues vers la finale de la Coupe Stanley lors de la saison 1990-91 de la LNH. L'équipe a terminé septième de la conférence Clarence Campbell avec une fiche perdante de 27-39-14. Pourtant, c'était suffisant pour leur mériter une place en séries éliminatoires. Leurs maigres 68 points étaient 15 des 16 équipes qualifiées pour la saison record.

Avec l'entraîneur-chef Bob Gainey à la barre, les North Stars se sont lancés dans une course folle qui leur a permis d'éliminer les Blackhawks de Chicago (4-2), les Blues de St. Louis (4-2) et le champion en titre de la coupe Stanley, les Edmonton Oilers (4- 1) pour les propulser dans une confrontation de championnat contre Mario Lemieux et les Penguins de Pittsburgh. Bien que le Minnesota finisse par perdre contre une équipe empilée de Penguins – une équipe qui non seulement incluait Lemieux, mais se composait d'éventuels Hall of Famers Jaromir Jagr, Mark Recchi, Joe Mullen, Bryan Trottier, Larry Murphy et Ron Francis – North Stars le ferait. série de presse pour six matchs.

Bellows était le seul joueur des North Stars à avoir participé aux 80 matchs de saison régulière et aux 23 matchs éliminatoires. Dans la saison record, il a mené le Minnesota en marquant avec 10 buts et 19 passes. Après la course improbable du North Star, les Bellows voulaient jouer une dernière saison au Minnesota. La campagne 1991-92 l'a vu marquer 30 buts et 45 passes pour 75 points en 80 matchs.

Le soufflet est transféré aux Canadiens

Dans un geste surprenant, le nouveau directeur général des North Stars, Gainey Bellows, est passé aux Canadiens de Montréal le 31 août 1992 en échange de l'ailier droit Russ Courtnall. Bellows avait des sentiments mitigés au moment de la négociation. Il a fait remarquer à l'époque qu'il s'était joint aux Canadiens:

«J'espère marquer plus que l'année dernière. Je veux entrer et prouver que je peux toujours jouer aux niveaux attendus. J'ai été choqué [about the trade] mais je suis enthousiasmé par le nouveau changement. Mon idole était Ken Dryden. C'est le rêve de tous les enfants de jouer pour les Canadiens.

Mis à part les sentiments personnels, Montréal semblait avoir obtenu le meilleur résultat de l'affaire depuis le début. Bien que Courtnall ait également été un repêchage de ronde d'ouverture (sixième au total en 1983), sa production était bien en dessous de Bellows. Sélectionné à l'origine par les Maple Leafs de Toronto, ses meilleurs chiffres avaient atteint ce point au cours de la saison 1986-1987 lorsqu'il a marqué 29 buts et 44 passes en 79 matchs. En fin de compte, Courtnall n'a dépassé la barre des 30 buts qu'une seule fois au cours de sa carrière de 16 ans dans la LNH. Les soufflets, par contre, ont atteint ou dépassé la marque à neuf moments différents.

Courtnall n'était en aucun cas un bâclé – il n'était tout simplement pas aussi productif de buteur que Bellows. Pourtant, après s'être joint aux Canadiens en novembre 1988, il a concocté trois saisons de suite avec au moins 20 buts pour le Tricolore. Même dans une saison 1991-1992 écourtée par les blessures, Courtnall a quand même réussi sept buts et 14 passes pour 21 points en 27 matchs. C'est peut-être la saison où il a été échangé qu'il a gagné le plus d'influence pour Montréal. Les Courtnall et les Canadiens ont atteint la finale de la Coupe Stanley en 1989 où ils ont perdu six matchs contre les Flames de Calgary. Avec huit buts et cinq passes en 21 matchs éliminatoires cette année-là, il a terminé troisième au classement général des Canadiens au classement des séries éliminatoires.

Lorsque la poussière retombe après la première transaction, les Canadiens avaient un buteur éprouvé qui était capable de marquer entre 40 et 50 buts par année. Le Minnesota voulait un ailier rapide, qui n'aurait peut-être pas généré autant de buts, mais qui créait des opportunités en raison de sa rapidité.

Comment l'accord s'est passé pour le Minnesota

Curieusement, lors de la première saison de Courtnall avec les North Stars, il a récolté la meilleure saison offensive de toute sa carrière. Dans ce qui serait la dernière année de l'équipe au Minnesota, leur ailier nouvellement acquis a poursuivi 36 buts et 43 passes pour 79 points en 84 matchs – le but au total était un sommet en carrière pour Courtnall. Ses 36 buts étaient aussi les plus grands pour n'importe quelle étoile du Nord cette saison, et ses 79 points ont attiré seulement l'équipe la plus élevée de Mike Modano avec 93.

Courtnall voulait rester avec l'équipe lorsque la franchise a déménagé à Dallas et a raccourci le nom en Stars. Il est resté l'ailier le plus productif de l'équipe lors de sa première saison dans la nouvelle ville. Alors que sa production de buts est tombée à 23 buts en 84 matchs au cours de la saison 1993-94, les 57 passes de Courtnall sont devenues un sommet en carrière et ont mené tous les joueurs des Stars. Ses 80 points cette année-là étaient également un sommet en carrière et le plaçaient à nouveau à la deuxième place après Modano, qui en avait à nouveau 93 lui-même.

Après être venu des Canadiens de Montréal, l'ailier Russ Courtnall a joué deux saisons et demie avec la série Minnesota / Dallas. (Photo par B Bennett / Getty Images)

Après deux saisons complètes avec la franchise, Courtnall serait de nouveau en mouvement. Dans le lock-out raccourci la saison 1994-95, sa production pour Dallas laissait à désirer. En 32 matchs, il n'a réussi à marquer que sept buts et 10 passes pour 17 points, alors qu'il était également moins huit pour plus / moins. Dallas finirait par envoyer Courtnall aux Canucks de Vancouver à la date limite des échanges de cette saison.

Le seul autre facteur à noter pendant le bref passage de Courtnall avec le Minnesota / Dallas était qu'il a marqué 29 des 29 buts de sa carrière dans l'équipe. Il a souvent utilisé sa vitesse pour générer des chances de marquer sur des tirs au but, et il est toujours dans le top 25 de l'histoire de la LNH pour les buts les plus courts en carrière. De plus, Minnesota / Dallas est au moins sorti des meilleures saisons de Courtnall dans sa carrière. En 200 matches de saison régulière entre les deux villes, il a marqué 66 buts et 110 passes pour 176 points.

Comment l'accord s'est passé pour Montréal

La durée du séjour des Bellows à Montréal n'était que légèrement plus longue que celle de Courtnall avec Minnesota / Dallas. Cependant, son passage à l'aile gauche des Canadiens a porté ses fruits et a rapporté beaucoup plus. Il voulait un impact immédiat dès sa première année avec le Tricolore. Bellows a mené l'équipe au chapitre des buts avec ses 40 buts en 82 matchs. De même, ses 88 points l'ont placé au troisième rang lorsqu'il a marqué après Vincent Damphousse et Kirk Muller.

Au cours de la saison 1992-93, les Canadiens remporteront leur 24e Coupe Stanley et les soufflets joueront un rôle important dans la réalisation. Cette équipe montréalaise particulière était dirigée par un groupe de joueurs qui, comme les Bellows, avaient déjà été bien établis dans la LNH avec d'autres équipes, mais n'avaient jamais remporté de Coupe auparavant. Damphousse, Muller, Denis Savard, Gary Leeman et J.J. Daigneault pour n'en nommer que quelques-uns.

À l'arrivée des séries éliminatoires, Bellows se joindra à Mike Keane pour terminer troisième après avoir marqué pour Montréal. Il a disputé 18 des 20 matchs éliminatoires de Montréal lorsque Montréal a éliminé les Nordiques de Québec (4-2), les Sabres de Buffalo (4-0), les Islanders de New York (4-1) et enfin les Kings de Los Angeles (4-1). 11 fois pendant les séries éliminatoires, les Canadiens ont disputé des matchs qui se sont terminés en prolongation. Pour les matchs de Bellows '18, il a marqué six buts et neuf passes. En finale de la coupe, il a disputé chacun des cinq matches où il a marqué un de ses buts et une passe. La seule assistance de Bellows a aidé à mettre en place le vainqueur OT de John LeClair dans le troisième match de la série de championnats.

Après la victoire de la Coupe, Bellows voulait jouer deux autres saisons complètes pour Montréal, mais son nombre chutait chaque année. Lorsque Montréal a tenté de défendre le championnat pour la saison 1993-94, l'ailier gauche a marqué un bon 33 buts et 38 passes pour 71 points en 77 matchs. Des chiffres toujours solides pour un joueur qui n'a pas encore 30 ans. Même en considérant que c'était une année de lock-out, cependant, la saison 1994-95 a vu les chiffres des Bellows de manière significative. En 41 matchs, il n'a généré que huit buts et huit passes. Après avoir connu la saison la moins productive de sa carrière, il a été échangé à Tampa Bay Lightning en juin 1995.

Peu de temps dans la carrière des deux joueurs

Ni Bellows ni Courtnall ne sont mieux connus pour les équipes auxquelles ils ont fini par être échangés dans le cadre de cet accord, bien que chacun d'eux ait joué pour des équipes moins connues par la suite. Il est important de noter dans le cadre de cette discussion. Les Bellows voulaient jouer quatre saisons de plus dans la LNH après avoir quitté Montréal, mais pour trois équipes différentes (Tampa Bay, les Mighty Ducks d'Anaheim et les Capitals de Washington). Courtnall voulait également jouer quatre saisons de plus après avoir été échangé de Dallas et a également eu trois arrêts (Vancouver, New York Rangers et Los Angeles Kings).

Si l'on met de côté les statistiques et les chiffres de production pour le moment, la chose la plus importante à retenir de ce métier est d'ajouter à Bellows une coupe Stanley à son arrivée. Bien que son temps global avec les Canadiens ait été relativement court, il a été intégré au championnat particulier. Sur un plan plus sentimental, l'échange a conduit Bellows à la seule bague de la Coupe Stanley de sa carrière.

En plus de la finale de 1991 avec le Minnesota et de la victoire avec Montréal, il voulait aussi aider les Capitals de Washington à atteindre leur première finale de la coupe Stanley en 1998. Même alors, il lui restait encore de la magie à l'âge de 33 ans, alors qu'il a marqué neuf points (six buts, trois passes) en 11 matchs de saison régulière cette année-là et a récolté 13 points (six buts, sept passes) en 21 matchs éliminatoires en route vers la finale. Malheureusement, les Bellows et les Caps ont été balayés par les Red Wings de Detroit en quatre matchs.

17 ans dans la LNH, trois voyages en finale et une coupe sur une carrière de 1331 matchs (saison régulière et éliminatoires). C'est une carrière assez importante pour n'importe quel joueur. Cela donne plus d'une histoire de «bien-être» de savoir que le commerce de Montréal a mis le nom de Bellows sur la Coupe tout le temps, et à juste titre.

Le message Brian Bellows Trade à Montréal est apparu pour la première fois dans The Hockey Writers.

A la Une

Steve Kerr révèle que la blessure brutale de Klay Thompson a forcé les guerriers à faire un geste spécifique

Steve Kerr prévoyait de remettre l'équipe en pleine santé cette saison à venir. Après une année au cours de laquelle ils sont...

Randy Arozarena est passé de héros d'après-saison à suspect arrêté

Les fans des Tampa Bay Rays ont applaudi leur voltigeur recrue bien-aimée Randy Arozarena pendant les séries éliminatoires de la Major League...

Pourquoi Damian Lillard a été si bon dans la NBA Bubble

Les Portland Trail Blazers ont été aux prises avec des blessures et un jeu incohérent pendant une grande partie de la saison...

La recrue du banc des Jaguars, QB Jake Luton, passe à Mike Glennon vs. Browns

JACKSONVILLE, Floride. - Les Jaguars de Jacksonville accompagnent le quart Mike Glennon contre Cleveland et donnent au copain de la NFL son...

A lire aussi

Quatre joueurs de Golden Knights testés positifs pour COVID-19

Quatre joueurs de Vegas Golden Knights ont été testés positifs pour COVID-19, a confirmé l'équipe dans une déclaration donnée à Sportsnet. ...

La mascotte du Kraken peut être plus qu'un gadget

Le Seattle Kraken a des logos, une palette de couleurs et une arène qui sera bientôt terminée. Leur liste de non-joueurs se...

3 points à retenir de la première mêlée intrasquad d'Équipe Canada

Le camp de sélection d'Équipe Canada a démarré à la vitesse supérieure samedi soir alors que l'Équipe Blanc affrontait l'Équipe Rouge dans...

Perspectives Nouvelles et rumeurs: Équipe Canada, Lafreniere et Farrell

Équipe Canada a connu un samedi très mouvementé. Après avoir révélé qu'un employé avait été testé positif au COVID-19, la liste empilée...

L'ouragan Warren Foegele ne gagnera que

L'ailier nouvellement signé de Carolina a un seul objectif en tête et il fera tout ce qu'il faut pour l'atteindre....

Les Sénateurs signent à Egor Sokolov un accord d'entrée de trois ans

Les Sénateurs d'Ottawa ont signé un contrat d'entrée de trois ans à Egor Sokolov, a annoncé l'équipe vendredi. La valeur de...

Choix du repêchage des 5 meilleurs Canadiens à l'époque Bergevin

Le 2 mai 2012, les Canadiens de Montréal ont annoncé que l'ancien défenseur de la LNH Marc Bergevin serait le nouveau directeur...

Canucks & # 39; Braden Holtby, des tortues traversent la frontière canado-américaine

Les Canucks de Vancouver et leurs supporters peuvent pousser un soupir de soulagement: leur gardien de but n ° 1 et ses...

Braden Holtby, gardien des Canucks, coincé aux frontières américaines avec des tortues de compagnie

Le déménagement de Braden Holtby dans sa nouvelle maison semble avoir ralenti à une rampe. Dans un appel publié sur Twitter...

Flames 'Ward regarde le dessin de Lightning pour renouveler le plan de match de Calgary

Lorsque les Flames de Calgary doivent reprendre, ils seront accueillis par un entraîneur avec une approche légèrement différente du plan de match...

Related articles

Leave a reply

Please enter your comment!
Please enter your name here